Christian Vetter en réseaux

Muriel de Crayencour
31 mars 2016
Christian Vetter nous a plutôt habitués à des installations en volume qui déploient des lignes et des plans, peignant pour ainsi dire dans l'espace d'une pièce fermée ou en plein air. Ainsi, des lattes de bois sont clouées sur un cube, dans un bâtiment industriel. Des panneaux sont assemblés en un carré, planté au milieu de la nature. Aujourd'hui, pour sa première exposition chez Super Dakota, il présente un ensemble de peintures sur toile, d'un aspect plus classique. Et pourtant, c'est toujours d'une appropriation de la troisième dimension qu'il s'agit.

Les lignes que l'artiste trace sur la toile, en un rythme aléatoire, forment des zones qui peuvent être vues comme des plans d'un volume en train de se déplier. Sur un fond presque uni, vif, marqué d'un réseau de lignes grattées dans la peinture, Vetter peint des traits droits, un peu baveux, la couleur débordant parfois. Ces traits semblent vous sauter aux yeux, sortir de la toile, flotter dans l'espace. De nombreux artistes modernistes abstraits se sont passionnés pour les assemblages aléatoires de formes et de couleurs, de Mondrian à Kupka et jusqu'à Vasarely.

Mais chez Vetter, c'est l'architecture qui prime. On sent que l'artiste maîtrise la création de structures en 3D et qu'il revient à la surface de la toile, en un mouvement inverse de celui de ses pères de l'abstraction géométrique. Revenir à deux dimensions, pas pour se limiter, mais pour tester les effets de ses schémas imaginaires sur une toile et au pinceau. Créant ces réseaux de lignes sur la toile, il leur offre leurs portraits. Et il invite le spectateur à entrer dans des compositions aléatoires. C'est vif, presque musical, chaque toile offrant une belle plongée dans un espace évoqué, mental, imaginaire.

Christian Vetter est un artiste suisse né en 1970, qui vit et travaille à Zurich. Il expose depuis 1998 et de manière internationale depuis 2005.
Christian Vetter
Ecology of Painting
Super Dakota
45 rue Washington
1050 Bruxelles
Jusqu'au 9 avril
Du mardi au samedi de 11h à 18h
www.superdakota.com











Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo et Marianne Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et de la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.