Pauline Tonglet, petits papiers

Muriel de Crayencour
08 décembre 2016
Pauline Tonglet expose depuis quelques années ses assemblages de papier à la Gery Art Gallery et dans d'autres lieux. Aujourd'hui et jusque début janvier, on peut découvrir son travail délicat dans l'espace bruxellois de la galerie namuroise, au Rivoli.

Au début, ce furent de vieilles cartes postales et des photos de famille. Les recueillir avec tendresse, les associer avec d'autres morceaux de papier, imprimés, papier pelure, papier calque. Les mettre ensemble en les cousant à la machine, à l'aide d'un fil de couleur vive. Ainsi compactées, ces images chargées d'histoires personnelles en racontent soudain une autre. Que le spectateur peut interpréter à loisir.

Puis, l'artiste a collecté d'autres images, moins personnelles : photos de vieux magazines, plans et schémas, patrons de couture. Des papiers de différentes couleurs, textures, formes. Après, jouer avec ces éléments simples et sensuels : le papier brun un peu transparent d'un patron, un calque à l'aspect un peu glacé, le brillant d'une photo vintage, le mat un peu sec d'une page de magazine.

Et puis, les images. Sur ce visage à la coiffure qui nous ramène aux années 1950, un puzzle de petits morceaux de papier imprimé bleu. On y voit quelques textes. A gauche, une montagne, une parcelle d'un schéma à broder. Le tout mis ensemble par de longues coutures en bourdon au fil rose ou doré. De délicates histoires se disent ici, celles qui racontent le fil de la féminité transmise des mères à leurs filles, celles aussi des magazines jaunis, qui nous font faire un bond dans le passé. Des histoires de poésies, un peu tristes, un peu nostalgiques, silencieuses. Toujours précieuses.
Pauline Tonglet
Panoramas
Gery Art Gallery
Rivoli Building 
690 chaussée de Waterloo
1180 Bruxelles
Jusqu’au 7 janvier 2017
Jeudi et vendredi de 13h à 16h, samedi de 14h à 18h
http://www.geryartgallery.com/













 

Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo et Marianne Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et de la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.