Au Square, la YIA Art Fair

Muriel de Crayencour
22 avril 2017
Une quarantaine de galeries ont pris leurs quartiers au cœur de la deuxième édition de la YIA Art Fair, dans les espaces du Square Brussels Meeting Center au Mont des Arts.

A deux pas de Poppositions et du Sablon, dont les activités tournent ce week-end autour d'Art Sablon – dont YIA est partenaire – pas très loin d'Independent, la petite foire française déploie avec conviction ses stands. Il faut malheureusement descendre au sous-sol pour aller découvrir ces galeries, dont beaucoup de françaises et de belges. L'espace n'est pas facile à utiliser. Plafonds bas, pas de lumière du jour. L'ensemble n'est pas très convaincant et nous en sommes désolés. Quelques jolies pièces dans quelques stands mais l'ensemble de la foire manque réellement de cohérence. Une foire comme la YIA s'adresse plus à un public amateur qu'à la crème des collectionneurs internationaux. Et ce public trouvera, en furetant, de quoi craquer sur un coup de cœur.

Dès l'entrée, voici Sketch My Mind, la petite maison d'édition de sérigraphies d'artistes belges, avec de nouvelles impressions, toujours impeccables. Plus loin, on retrouve les sculptures en bronze de Guillaume Castel, qu'on avait pu découvrir l'année passée : pétales de bronze doré ou peint. Ainsi que des bustes en porcelaine de Samuel Yal. On apprécie les grands dessins, comme des photos souvenirs, de Michael Ryan, à la Galleria Anna Marra de Rome.

Chez Less is More Projects, une série de peinture sur mylar, une matière synthétique qui reflète comme un miroir, par Adam Chuck. On y voit nos contemporains dans leurs activités et postures quotidiennes. Quelques zones sans peinture laissent apparaître l'argenté du mylar. Gros coup de cœur pour les aquarelles d'Anya Belyat-Giunta chez Cécile Moine.

Deux grands dessinateurs sur le stand de la galerie parisienne Mariska Hammoudi, Jérôme Minard, qui travaille à l'encre, et David Porchy, au graphite. On aime aussi beaucoup les encres sur papier de riz de Chen Xi chez SinArts Gallery ou les propositions pleines d'humour de Christophe Goutal chez EXIT art contemporain. Les fragments d'architecture de Paolo Cavinato chez The Flat-Massimo Carasi sont délicats et pleins de poésie. Ils nous font penser à ceux de John Van Oers.
YIA Art Fair
Square Brussels
Jusqu'au 23 avril, 19h
http://yia-artfair.com/

















 

Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo et Marianne Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et de la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.

Articles de la même catégorie