Xavier Noiret-Thomé, peinture acharnée

Muriel de Crayencour
21 décembre 2017
Aux larges cimaises de la Roberto Polo Gallery, revoici les peintures de Xavier Noiret-Thomé, qui participa, entre autres, à l'exposition Painting after Post-Modernism, Belgium - USA en 2016 au Vanderborght. Xavier Noiret-Thomé (1971, Charleville-Mézières) vit et travaille à Bruxelles. Il est professeur à La Cambre. Il expose régulièrement depuis les années 1990. Il a été primé à la Jeune Peinture Belge et a résidé à la Villa Médicis (Rome) et au Domaine de Kerguéhennec (Bretagne).

Peindre reste et restera toujours un mystère. L'idée qu'un artiste chaque jour se lève pour aller dans son atelier poser de la couleur sur une toile. L'idée qu'il va tenter d'y mettre à la fois le geste et la pensée. L'idée qu'il va sans peur se mesurer aux plus grands noms de l'histoire de l'art parce que... pourquoi pas. Créer est un besoin. Peindre, une nécessité, celle de donner forme à ce qui nous habite. L'artiste est un passeur, il a des clés que nous n'avons pas, des antennes qui manquent au commun des mortels. Alors, riche de ce besoin irrépressible, il va manier avec patience et acharnement la couleur, les pinceaux. Il va peindre, il va transcender, il va capter puis offrir au monde des images, exacts reflets de ce qui l'habite : cette pulsion créatrice, ses pensées, ses émotions, la vie profonde qui agite son cœur. Et nous, spectateurs, nous recevrons cela en cadeau, comme une jouissance.

Xavier Noiret-Thomé peint, donc. Rien ne l'arrête et tous les motifs sont permis : un visage, un ciel étoilé, un carré, un oiseau, les couvercles de ses pots de peinture. De très beaux aplats et une palette crémeuse, avec des roses fondants, des bleus un peu éteints, un jaune vif, de l'orange pour réveiller le tout. Chaque toile est intensément composée et architecturée. Des lignes fortes. Une envie de 3D. Rien n'inquiète, ne trouble ou ne fait peur à cet artiste. Ni la figuration, ni l'abstraction. Tout est forme et associer les éléments revient à associer des idées ou des préfigurations d'idées. Ainsi l'artiste nous emmène dans des limbes, celles qui l'habitent et qu'il désire partager.

Notons Coins Painting X, cette formidable Voie lactée faite du noir le plus profond à l'acrylique et de dizaines de pièces de monnaie figurant les étoiles. Notons aussi, au sous-sol, la série de Mendiants, visages cabossés, tracés en quelques traits violents et dont les yeux sont faits de ces mêmes pièces de monnaie. Ou encore l'hilarante On the beach, cette silhouette molle et avachie se prenant en photo sur la plage. Un portrait fataliste de notre époque.
Xavier Noiret-Thomé
The Quiet Struggle
Roberto Polo Gallery
8-12 rue Lebeau
1000 Bruxelles
Jusqu'au 13 janvier
Du mardi au samedi de 14h à 18h
http://www.robertopologallery.com/











Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo et Marianne Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et de la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.