Armen Agop, point à la ligne

Muriel de Crayencour
15 février 2018
Magistrales sont les sculptures en granit noir de l'artiste égyptien Armen Agop, à voir chez LKFF. C'est sa troisième exposition à Bruxelles chez Mijntje Lukoff, qui nous montre régulièrement de grands sculpteurs.

Formes organiques, courbes, les sculptures à voir aujourd'hui sont nées de la passion de l'artiste pour la ligne. Il s'applique ici à montrer un trait dans l'espace. Au mur, Horizontal relief est une belle forme oblongue, subtilement décollée du mur, comme flottante. Taillée dans le granit et pesant plusieurs centaines de kilos, elle semble pourtant légère. En son centre, comme une colonne vertébrale, une ligne émerge. Avec tant de souplesse qu'on la croirait sortir d'une forme souple. Cette ligne, c'est l'inverse de l'entaille de Fontana. Au lieu d'ouvrir violemment sur un néant, elle pousse doucement vers le spectateur, comme une germination, une addition, un volume en train de croître. La matière du granit, sa force, sa densité et sa couleur ajoutent une intensité exceptionnelle.

D'autres volumes, toujours avec cette ligne qui pointe hors de la masse, avec parfois une extrême sensualité. Les lignes d'Agop donnent à voir une zone étroite, la frontière imperceptible entre l'intérieur et l'extérieur. De l'intérieur, une force pousse, elle déforme l'espace extérieur, le transforme. S'il fait l'inverse de Lucio Fontana, on pourrait dire aussi qu'Agop fait comme Pol Bury : la forme modifie la perception de l'air qui entoure la sculpture. C'est finalement le stade ultime du travail en 3 dimensions : la sculpture qui advient agit de manière forte, active l'espace qu'elle habite.

Armen Agop est né au Caire en 1969. Il entre à 13 ans comme apprenti dans l'atelier du peintre Simon Shahrigian avant d'étudier les beaux-arts à l'université Helwan du Caire. Il a reçu le Prix de Rome en 2000.
Armen Agop
Emergences
LKFF Gallery
15 rue Blanche
1050 Bruxelles
Jusqu'au 30 mars
Du mercredi au samedi de 12h à 18h
lkff.be







Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo et Marianne Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et de la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.