Pedro A.H. Paixão, dessins

Muriel de Crayencour
22 mars 2018
Irène Laub a déplacé sa galerie de la rue de l'Abbaye vers la rue Van Eyck. Quelques dizaines de mètres pour aller vers un espace plus large et plus lumineux. Pour sa deuxième exposition dans sa nouvelle galerie, elle présente les dessin de Pedro A.H. Paixão.

Cet artiste portugais né en Angola (1971) a étudié la peinture et le dessin à Lisbonne, la philosophie à Porto. Il travaille plusieurs médias : la vidéo, le dessin... Il a réalisé une large série de dessins au crayon rouge, des sujets réalistes, parcelles de photographies, traités avec une texture fondante, le dessin apparaissant comme une image ancienne, un souvenir en train de s'effacer.

Pour sa série Tabou à voir aujourd'hui, il utilise un bleu clair, toujours pour des images monochromes comme émergeant du passé. Il a démarré cette série lors d'un voyage à Lampedusa, qu'il nomme la "porte de l'Europe". Là, il a recherché ses racines africaines et a été touché par l'étrange calme de la mer. D'autres dessins parlent eux aussi de liens entre différents continents. Ainsi, Two Painters in a Transit Camp, où l'on voit Luc Tuymans et Kerry James Marshall tous deux derrière un grillage, comme incapables d'entrer en Europe. D'autres dessins grands formats, d'une grande délicatesse. Là, seulement les quatre roues d'un jouet, le haut du petit cheval de bois étant non dessiné ou effacé. Morceau d'enfance à moitié disparue. From Hand to Hand présente deux paumes ouvertes recueillant un reflet lumineux qui devient comme un bijou ou un secret fragile attrapé par hasard.

La technique au crayon de Paixão est magnifique. Texture fondante, moelleuse, silhouettes esquissées comme des ombres, rendu des formes à la fois précis et simplifié. Le tout suggérant avec beaucoup de douceur des choses violentes et la force de la mémoire. Une belle découverte.
Pedro  A.H. Paixão
Tabou - Drawings
Irène Laub Gallery
29 rue Van Eyck
1050 Bruxelles
Jusqu'au 14 avril
Du mardi au samedi de 11h à 18h
http://irenelaubgallery.com/











Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo et Marianne Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et de la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.