Denitsa Todorova, dessiner en creux

Muriel de Crayencour
20 septembre 2018
Belle découverte que celle des grands dessins de Denitsa Todorova chez Rossicontemporary. Cette jeune artiste bulgare formée en peinture aux Beaux-Arts d'Anvers  a développé une manière de dessiner très personnelle, qui fait la beauté de ses propositions.

Recouvrant de grands papiers d'une fine couche de graphite, Denitsa Todorova va ensuite retirer le noir en le grattant ou en le gommant faisant apparaitre un dessin en négatif. Enlever, supprimer de la matière pour créer l'œuvre. c'est le propre des graveurs sur bois ou sur lino. Le creux, le vide devient la trace.

Si le matière du graphite adhère de manière irrégulière sur le papier, formant ici et là comme des nuées plus claires, les formes tracées ensuite jouent sur la géométrie et le rythme. Ici, une série de cercles s'entrechoquent comme des bracelets, dansant une valse joyeuse sur le gris presque noir du fond. Parfois, une tache de couleur - jaune vif, bleu clair, ponctue discrètement le jeu des formes. Encore un aspect précieux pour cet autre dessin, Pearls, sur lequel semble être tombée une nuée de perles nacrées d'un collier cassé.

D'autres propositions présentent des lignes droites, réseaux de lignes, comme Windows and Stars. Image abstraite mais aussi image mentale, instant photographié d'une série de connections, de pensées. Formes et matières invitent au rêve. Mais encore, approchez-vous des œuvres. Voyez comme celles-ci sont composées de plusieurs papiers soigneusement collés bords à bords entre eux. Ce sont tous ces petits détails qui font de l'objet final quelque chose d'habité, avec une belle présence.
Denitsa Todorova
As Far As My Eyes Can See
Rossicontemporary
Rivoli Building
Ground floor # 17
690 chaussée de Waterloo
1180 Bruxelles
Jusqu’au 27 octobre
Du jeudi au samedi de 13h à 18h
http://www.rossicontemporary.be/







Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo et Marianne Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et de la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.