L’Afrique dans le viseur de Thomas Chable

Jean-Luc Masse
21 septembre 2018
Les photographies de Thomas Chable, exposées chez Contretype, nous offrent un voyage intimiste à la découverte de son Afrique rêvée. Délicats, évocateurs, ses beaux tirages argentiques confirment l’importance de cet artiste belge.

« Depuis un certain temps déjà, ma curiosité me pousse vers la Corne de l’Afrique. J’irais bien en Erythrée voir les traces de l’ancienne occupation italienne, à Djibouti, m’imaginer Henry de Monfreid naviguant à bord d’un boutre, juste en face du Yémen, pays de la reine de Saba », écrit-il. Une main d’enfant qui semble vouloir saisir son ombre, une femme qui retient nonchalamment sa robe, un paysage désertique : les photos de Thomas Chable, magnifiquement accrochées aux cimaises de la galerie Contretype, effleurent la réalité avec élégance et subtilité. Ses tirages argentiques en noir et blanc, souvent au format carré, nous poussent à rêver, sans jamais tomber dans la mièvrerie. L’artiste n’impose pas sa propre vision mais ses œuvres émeuvent autant qu’elles retiennent notre regard par leur esthétique. Né en 1962 à Bruxelles, professeur à l’Académie des Beaux-Arts de Liège, Chable a déjà un beau parcours artistique en tant que photographe. Au fil des ans et de ses pérégrinations, ses sujets de prédilection que sont les nomades, les bergers ou encore les sans-papiers lui permettent d’exprimer son approche humaniste de la photographie et nous invitent au voyage intérieur. L’exposition se complète par une carte blanche de l’artiste, qui a invité Elsa Stubbé. La photographe présente des images issues de ses errances dans la nature, où l’imaginaire et le réel s’influencent mutuellement. A voir absolument.
Thomas Chable
L’ombre des jours
Galerie Contretype
Cité Fontainas 4A
1060 Bruxelles
Jusqu' au 4 novembre
Du mercredi au vendredi de 12h à 18h, samedi de 13h à 18h
www.contretype.org









 

Jean-Luc Masse

Journaliste

Journaliste passionné d’art sous ses diverses expressions, avec une prédilection pour la photographie. La pratiquant lui-même, en numérique et argentique, il est sensible à l’esthétique de cet art mais aussi à ses aspects techniques lorsqu’il visite une exposition. Il aime rappeler la citation d’Ansel Adams : « Tu ne prends pas une photographie, tu la crées. »