Reinhoud, Alechinsky, amis

Muriel de Crayencour
08 novembre 2018
Reinhoud d'Haese, dit Reinhoud, (1928-2007), sculpteur et Alechinsky (1927), tous deux membres du groupe CoBrA, étaient de grands amis. Tout le monde ne se souvient pas qu'ils ont exposé ensemble pas moins de 60 fois. La Galerie Laurentin au Sablon célèbre cette amitié en exposant les deux artistes en même temps.

En 1950, Reinhoud s'installe dans les Ateliers du Marais à Bruxelles, où il rencontre les membres du Groupe CoBrA, créé en 1948, qui regroupe des artistes issus de Copenhague, Bruxelles et Amsterdam. Il reçoit le Prix de la Jeune Sculpture Belge en 1957. Durant l'hiver 1958-59, il s'installe dans l'atelier d'Alechinsky à Sauvagemont, où il précise sa vocation de sculpteur.

Voici donc les deux amis réunis à la Galerie Laurentin, Alechinsky aux cimaises, Reinhoud dans l'espace. Le premier avec ses estampes, Reinhoud avec son bestiaire imaginaire en cuivre, laiton, demi-rouge des années 1960 à 1980 : oiseaux au bec inquiétant, personnages à tête d'animal, tout un zoo sans frein, proche des audaces fantasmées de Bosch.

Il est étonnant de voir comme l'univers formel des deux artistes se croisent et se recoupent. Chez Alechinsky, dans les envolées de son trait, apparait parfois une tête étrange, monstre à la gueule ouverte sorti de son imagination, dont le profil ressemble à celui d'une sculpture de son ami. Une sculpture de Reinhoud est posée sur une pierre à graver d'Alechinsky. L'exposition à voir ici est très émouvante, quand on sait que les deux artistes n'ont été séparé que par la mort de Reinhoud en 2007.

Les deux artistes sont reliés encore aujourd'hui par leurs œuvres installées dans le métro bruxellois, Alechinsky à la station Delta et un magnifique bas-relief en cuivre repoussé de Reinhoud dans la station de métro Osseghem. Une invitation à la balade citadine.
Alechinsky et Reinhoud
Galerie Laurentin
43 rue Ernest Allard
1000 Bruxelles
Jusqu'au 14 novembre
Du mardi au samedi de 10h30 à 13h et de 14h à 18H30
www.galerie-laurentin.com











Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo et Marianne Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et de la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.