Jeff Kowatch, champignons magiques

Muriel de Crayencour
06 décembre 2018
Jeff Kowatch, qu'on avait découvert fin 2016 à la Galerie Faider, nous fait l'honneur de deux expositions, l'une chez Faider, l'autre à la Galerie La Forest Divonne, deux accrochages à découvrir jusqu'au 23 décembre.

Les immenses toiles de Kowatch, qu'il recouvre patiemment d'un glacis à l'huile, fait de multiples couches chaque fois poncées, agglomérat de bulles de couleurs fondues, sont à voir chez Faider. Une nouvelle série aussi addictive que celle de 2016. C'est une nouvelle fois un enchantement de couleurs et de compositions abstraites. Y voir tout un défilé de personnages caché avec soin derrière dix couches de couleurs différentes. Y voir un défilé, des masques ou des visages. La technique du glacis donne une profondeur de rendu tout à fait vertigineuse. Le spectateur s'y perd, s'engloutit dans cette palette rayonnante, irisée, hédoniste. Les peintures de Kowatch respirent à la fois la joie de créer, mais aussi, derrière l'esthétisme affiché et assumé, une balade dans une forêt sombre, là où on perd tout repère, où tout est devenu flou et incertain dans la pénombre sous les grands arbres.

L'autre accrochage, à la Galerie La Forest Divonne, présente une nouvelle technique de l'artiste, aux sticks de peinture à l'huile qu'on utilise comme des pastels. Kowatch trace encore ces cercles, bulles molles et pleines, mais avec un rendu grumeleux. Et soudain, autre chose apparaît. On y voit des plats de fruits, des bouquets, des fleurs et des feuillages, natures mortes racontées. Sur papier ou sur Dibond (plaques d'aluminium utilisées pour imprimer des photographies), une matière trouée, ouverte, prend le pas, l'air passe dans ce réseau de formes grumeleuses. Soudain, cela devient moins diaphane, plus organique. Ce fruit, ici, on le croquerait, cette fleur, là, on l'emporterait bien d'un geste de la main. Les formes ont pris un sens moins hallucinogène. Ce n'est plus une scène dans laquelle plonger pour se perdre. Ici, Jeff Kowatch nous montre des trésors ramassés, amassés : un coquillage, un fruit, une pierre, une fleur.
Jeff Kowatch
Full Circle
Galerie Faider
12 rue Faider
1060 Bruxelles
Jusqu'au 23 décembre
Du mercredi au samedi de 14h à 18h
http://www.galeriefaider.be/

Drawings
Galerie La Forest Divonne
66 rue de l'Hôtel des Monnaies
1060 Bruxelles
Jusqu'au 23 décembre
Du mardi au samedi de 11h à 19h
http://www.galerielaforestdivonne.fr









Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo et Marianne Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et de la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.