Le grand combat de Simon Outers

Caroline Razafimanantsoa
28 février 2019
Il ne vous reste plus que quelques jours pour admirer les gravures et sérigraphies de Simon Outers au Salon d’Art. Un mélange de portraits, de bribes d’histoires et de morceaux de vie découpés, qui célèbrent l’humanité. 

Des traits vifs, expressifs, croqués sur l’instant, voilà ce qui donne tant de puissance aux personnages de Simon Outers ! C’est par la sérigraphie et la gravure - qu’il travaille sur des supports en zinc ou en Plexiglas, et en exemplaire unique - que son univers prend forme : des portraits individuels, des scènes de rencontres humaines, quelques corps en lévitation. Une sorte de grande chorégraphie de la vie, où l'artiste interroge la représentation de l’homme. Il pose son regard sur nos quotidiens communs, sur nos différentes physionomies parfois acérées, parfois allègres et parfois absurdes. Un déconcertant tohu-bohu de notre société ! À la surface imprimée viennent se superposer des collages de documents recyclés, des morceaux de papier peint, des taches de couleurs. À d’autres endroits, il opère par soustraction pour obtenir des gravures en creux, aussi appelées gaufrages.  

Quelques personnages apparaissent à la manière de leitmotiv. C’est le cas des maîtres-nageurs, aux bonnets et caleçons de bain colorés, que l’on retrouve dans une soixantaine de gravures. Une réjouissante série qui a occasionné une collaboration entre Simon Outers et son père, Jean-Luc Outers, écrivain, dans l’ouvrage Maîtres nageurs. Plus loin, ce sont les cow-boys, mains sur la gâchette qui apparaissent à plusieurs reprises, tels des personnages iconiques issus de nos mémoires collectives. Sur d’autres œuvres, on peut voir quelques personnages flottants, prêts à tomber. Signe d’un manque de repaires ? D’un flou environnant ? Vous l’aurez sûrement compris, les œuvres de Simon Outers sont autant poétiques qu’énigmatiques. A voir !

Simon Outers est né en 1979. Il vit et travaille à Bruxelles. Il a étudié à l’ERG, à l’Ecole des Arts d’Uccle, à ARTS2 à Mons et à la RHoK d’Etterbeek.  
Simon Outers 
Le grand combat 
Le Salon d’Art
81 rue Hôtel des Monnaies
1060 Bruxelles
Jusqu'au 9 mars 
Du mardi au vendredi de 14h à 18h30, samedi de 9h30 à 12h et de 14h à 18h
www.lesalondart.be







Caroline Razafimanantsoa

Journaliste

Diplômée en histoire de l’art de l’université Paris-Nanterre et titulaire d’un master complémentaire en diffusion des œuvres d’art contemporain de l’IESA, c’est la benjamine de l’équipe. Arrivée en 2017, elle est aujourd’hui assistante de rédaction. Elle écrit régulièrement sur les expositions qui ont attisé sa curiosité. Avec un petit penchant pour l’art contemporain et les arts émergents.