Six regards de femmes sur Antara

Muriel de Crayencour
26 mars 2019
Plus on se penche sur les œuvres des artistes aborigènes exposés chez Aboriginal Signature, plus on comprend qu'il s'agit d'un champ immense, varié et pourtant méconnu de l'art actuel. A voir aujourd'hui, les femmes artistes Pitjantjatjara de Mimili, aux bordures du grand désert de Victoria dans l’Etat de South Australia. Toutes peignent un lieu sacré, Antara.

Les artistes aborigènes peignent jusqu'à un âge avancé. Il n'est pas rare de pouvoir admirer des œuvres d'artistes presque centenaires. Ils sont d'ailleurs exposés dans les grands musées australiens et du monde. Les anciens ont le respect de leur communauté et sont les garants de la transmission des histoires millénaires et de leur connaissance des territoires. Aujourd'hui, chez Aboriginal Signature, six artistes femmes et leurs peintures qui traitent d'Antara, lieu sacré dédié aux femmes et dont elles sont les gardiennes.

Marina Pumani Brown, 35 ans, fille et petite-fille d'artistes, emploie avec audace un fond noir pour y déployer un réseau de lignes et de points : chemins d'accès vers Antara. En camaïeux de verts ou de rouges orangés, sa peinture prend des aspects organiques. On y voit de longs serpents, des feuillages, des pistils...

Ngupulya Pumani, tante de Marina, présente un formidable diptyque dans des tons de mauves et de rouges irradiants et vibrants. Les trous d'eau et chemins sont rehaussés d'une pluie de points blancs qui semblent des confettis chargés d'exprimer la sacralité et la vibration des lieux. L'œil s'y perd avec allégresse. L'âme s'en nourrit.


Autre grand format représentant Antara, celui de Tuppy Ngintja Goodwin. "Quand je peins, c'est comme une danse et un chant rituels, l'inma. Il y a un rocher particulier à Antara, sur lequel les femmes célèbrent ce rituel qui permet d'assurer de la nourriture pour tout le monde", raconte-t-elle.


Voir encore les rouges brûlants de Pauline Minmila Wangin ou de Judy Martin : l'intensité des couleurs semble chargée de transmettre la force des rituels qui ont lieu à Antara. Et l'étonnante et rare gamme de bleus froids de Puna Yanima. 




For all the children to come
Tjitji malatja tjutaku Mimili Maku
Aboriginal Signature
101 rue Jules Besme
1081 Bruxelles 
Jusqu’au 6 avril
Mercredi au samedi de 14h30 à 19h
www.aboriginalsignature.com













Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo et Marianne Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et de la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.