Claudie Laks passe au noir

Muriel de Crayencour
07 mars 2019
Nous connaissons Claudie Laks pour ses peintures colorées, dans la lignée des abstraits lyriques. Elle expose une nouvelle fois chez MM Gallery, en s'essayant aujourd'hui au noir et blanc.

L'artiste française a remisé ses couleurs vives : rouges orangés, bleus aériens, jaune lumineux, et s'est lancée dans une peinture presque monochrome. Sur la toile blanche, le même geste, vif, virevoltant, dansant. Le trait comme une écriture, fouillée, énergique. Claudie Laks agrafe la toile sur le mur, pour avoir une résistance quand elle pose le pinceau. Ce choix d'austérité, cette audace nouvelle met en avant la puissance du geste, on voit qu'il est habité de quelque chose qui part du cœur, passe par l'épaule, le bras, le poignet. Parfois le noir se mêle au blanc, tire vers quelques gris. Soudain, ici et là, une petite touche de jaune pâle, comme un clin d'œil.

Pour Sibyle, l'artiste peint à l'acrylique et à la mine de plomb. C'est tout un réseau de lignes qui se déploie, mange la toile, comme une écriture hirsute. Etonnamment, la jubilation qui explosait dans ses toiles en couleur est toujours là, presque plus lisible. Elle procède non pas d'une palette mais du mouvement. Pour Dailivre, Laks trace, recouvre ensuite de blanc, puis retrace un trait épais : prises de note automatiques, pensées dansantes et écrites. Le regard du regardeur est emporté, peut s'y perdre, se laisser emmener.

Pour d'autres toiles, elle démarre avec un fond noir sur lequel elle peint en blanc. Autre effet, presque lithographique. La matière du noir absorbe la lumière, le blanc s'extrait presque douloureusement. Quelques toutes petites touches de couleur, du bleu, du jaune, du rouge... comme des têtes d'épingles. Claudie Laks a commencé par étudier la littérature et la linguistique avant d’entamer des études artistiques à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, ainsi qu’à l’université. C'est peu dire que l'écrit et le mot sont encore là, au centre de sa création picturale !
Claudie Laks
Les couleurs du noir
MM Gallery
La Cour

68 place du Jeu de Balle
1000 Bruxelles
Jusqu'au 17 mars
Du vendredi au dimanche de 11h à 17h
www.mmgallery.be







Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo et Marianne Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et de la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.