BelgianArtPrize 2020

Muriel de Crayencour
01 juillet 2019

Les cinq finalistes du BelgianArtPrize 2020 ont été annoncés ce vendredi 28 juin. Créé en 1950, le Prix de la Jeune Peinture Belge a pour vocation d’apporter un soutien aux artistes belges et internationaux résidant en Belgique depuis au moins un an et de renforcer leur notoriété à l’échelle nationale et internationale.

Agency, Sammy Baloji, Saddie Choua, Jacqueline Mesmaeker et Joëlle Tuerlinckx présenteront chacun un nouveau projet artistique à Bozar du 19 mars au 24 mai 2020. Le lauréat sera désigné au mois de mai, durant le dernier mois de l'exposition. Les artistes ont été choisis parmi une liste de 184 nominés, compilée par 79 professionnels de l’art et collectionneurs. C'est un comité consultatif qui a composé avec soin un panel renouvelé de nominateurs afin que le Prix respecte au mieux la multiplicité des expressions qui caractérise le paysage artistique belge. Ceux-ci ont été invité à désigner jusqu’à 5 artistes dont la pratique a déjà eu le temps de se définir sans pour autant déjà bénéficier de toute la reconnaissance internationale qu’ils pourraient espérer.

Un Prix annulé en 2019


La sélection des 4 finalistes de l’édition 2019 avait suscité un vif débat public et l’annulation de cette édition. On reprochait au jury de n'avoir sélectionné que des hommes, blancs et hétéros. Alors même que le BelgianArtPrize 2017 avait récompensé Otobong Nkanga, une artiste femme d'origine africaine ! Les artistes, Sven AugustijnenKoenraad Dedobbeleer, Gabriel Kuri et le duo Jos De Gruyter & Harald Thys, avaient tous choisis de se retirer du Prix. depuis, les deux derniers se sont rattrapés à Venise ! Les organisateurs ont été à l’écoute des différents points de vue qui se sont exprimés et en ont tenu compte pour élaborer la procédure de sélection pour 2020. Ils ont veillé à ce que plus de diversité soit prise en compte et que tout au long des différentes étapes du processus, toute forme de discrimination soit bannie, qu’elle soit liée à l’appartenance ethnique, à la religion, à l’âge, ou aux opinions philosophiques, à l’orientation sexuelle ou au genre.

Le jury


Cette année, une attention particulière a aussi été donnée à la composition du jury. Des personnes fort engagées sur la scène artistique contemporaine, présentant des expériences variées et exerçant des activités dans les sphères tant publique que privée ont été réunies. Il s'agit d’Olga Dreesmann Ramos-Esteban (collectionneuse, mécène pour plusieurs institutions artistiques et causes philanthropiques et membre du conseil d’administration de plusieurs organisations), de Wilfried Cooreman (collectionneur et membre du conseil d’administration de plusieurs institutions culturelles), d’Otobong Nkanga (artiste et lauréate du BelgianArtPrize 2017), de Nataša Petrešin-Bachelez (curatrice indépendante, éditrice et écrivaine), de Dries Douibi (codirecteur du Kunstenfestivaldesarts et dramaturge) et de Nicolaus Schafhausen (curateur, auteur et éditeur). Il était présidé par Sophie Lauwers (directrice des expositions à Bozar). Les finalistes ont été choisis par le jury parmi les 38 artistes nominés ayant obtenu au moins 3 voix.

Le lauréat recevra le Prix Crowet d'un montant de 25 000 €, tandis que le gagnant du Prix du Public recevra la somme de 10 000 € offerts par ING, partenaire structurel du Prix.

https://belgianartprize.be/
 

 

Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo et Marianne Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et de la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.