Les noirs qui chantent de Philippe Dubit

Muriel de Crayencour
19 novembre 2015
Dessiner pour se perdre dans un espace-temps mystérieux, sans référence, narratif et onirique. Se pencher sur sa table à dessin pour réaliser des images en noir et blanc montrant des chemins qui ne mènent nulle part, des portes entrouvertes sur un ailleurs sombre ou invisible... C'est avec une subtile palette de noirs, au fusain et à la pierre noire, dans parfois de grands formats (106 x 76 cm), que Philippe Dubit dessine.

Texture moelleuse, rendu velouté, ses œuvres présentent des détails en close-up, choisis pour leur aspect graphique, le jeu des lignes. Perspectives twistées, murs sans fin, angles obscurs... S'y cachent des ébauches d'escaliers, comme des suggestions d'autres voies. Ou des chemins, certains parsemés de cailloux ou de clous. Et une plante carnivore voisinant un escalier qui descend. Rien de dangereux, pourtant. Il s'agit plus d'une évocation, comme un conte de fées qu'on nous raconterait : ici, le héros tourne à droite, derrière une immense plante ; il trouve un sentier, qu'il emprunte. C'est notre capacité à rêver et à se laisser prendre dans une histoire qui se raconte que Philippe Dubit met en branle avec ses dessins. Il nous prend par la main, nous invitant dans des paysages à la topographie close et pourtant sensuelle.

Philippe Dubit (1945) vit et travaille à Charleroi. Il expose en Belgique et à l'étranger depuis 1969. Ses œuvres font partie de collections privées et publiques (Musée MUHKA à Anvers, Musées Royaux d'Arts et d'Histoire de Bruxelles, Musée des Beaux-Arts de Charleroi, Musée de Louvain-la-Neuve, Musée Marthe Donas à Ittre, Province du Hainaut et du Brabant wallon, California college for Arts and Crafts San Fransisco U.S.A). Il a reçu le Prix de l'Œuvre Nationale des Beaux-Arts 2009. De nombreux poètes, écrivains (comme Marcel Moreau ou Eddy Devolder), amis et critiques se sont plu à le confronter à leurs écrits.
Philippe Dubit
Intrusion
Espace B
33 a Haute rue
1473 Glabais
Jusqu'au 29 novembre
Samedi et dimanche de 14 à 18h 
Présence de l’artiste les samedis
http://www.espaceb.be/







Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo et Marianne Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et de la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.