Les tempêtes de Frank Steyaert

Muriel de Crayencour
18 novembre 2017

Actuellement au centre Keramis à La Louvière, une exposition rétrospective du céramiste gantois Frank Steyaert. Artiste pluridisciplinaire, doté d’un énorme bagage technique, il est céramiste et auteur de bijoux, d’estampes, de meubles et d’éléments monumentaux en terre cuite intégrés à des projets d’architecture. A voir ici, ses épaves de bateaux, extraordinaires sculptures comme des symboles de la vie qui passe et qui se délite.

Frank Steyaert a étudié l'architecture et la céramique à l'Académie des Beaux-Arts d'Alost, la bijouterie et la céramique à l'Institut supérieur des Beaux-Arts d'Anvers. Au fil de l'exposition, ses sculptures à la fois fines, graphiques et dramatiques semblent creuser chaque fois plus profondément un terrible souvenir d'enfance. Les épaves se font parfois boîte précieuse, parfois totem erratique. Les matières sont sublimes et le savoir-faire, étonnant.

A l'occasion de cette exposition, Prisme Editions édite Memorabilia, une monographie enrichie de textes, de photos des œuvres et dans l'atelier et d'une biographie élégamment contée par Carine Verleye. "L'enfant tient la main de sa mère. Il doit avoir six ou sept ans. Ils sont sur un pont élevé au-dessus de la rivière. Un bateau a sombré, seule le toit de la cabine dépassait de l'eau. "J'espère que personne ne s'est noyé", a dit la mère du garçon." (...) La vie du jeune Frank Steyaert a été dominée par l'eau et les bateaux depuis sa naissance à Termonde en 1953, année dont tout le monde se souvient dans la région à cause des tempêtes."

La couverture cartonnée grisée argentée reprend une seule image, comme une carte postale, installée sur le côté, comme un message venu du temps des souvenirs. L'exposition est à voir jusqu'au 18 janvier 2018.

 

 

Memorabilia | Frank Steyaert | Prisme Editions | 20 x 26 cm | couverture cartonnée | 176 pages | 39 € | http://www.prisme-editions.be/

www.keramis.be

 

 

 

 

 

 

 

Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo et Marianne Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et de la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.