Passez un bel été !

Muriel de Crayencour
14 juillet 2019

L'équipe de Mu in the City quittent les écrans pour quelques semaines de repos. On se retrouve fin août. Durant l'été, de nombreuses expositions et visites vous attendent. Voici la liste de nos suggestions.

Au Art et marges Musée à Bruxelles

Nous vivons un temps de lisières. Entre l’animal et l’humain, l’arbre et la rivière, la plume et la peau, le béton et le vert, où trouver notre chemin ? Comment affronter l'avenir quand s’effondrent les milieux fragiles ? Par quels gestes patients, quels récits sauvages, quels surprenants partages ? C'est l'auteure Caroline Lamarche, Goncourt de la nouvelle 2019 avec Nous sommes à la lisière (Gallimard), qui est commissaire d'exposition Lisières, à voir au Art et Marges Musée, et qui a choisi les œuvres dans la collection du musée. Jusqu'au 22 septembre. http://artetmarges.be

Aniceto Exposito Lopez et Babis Kandilaptis

FdG Projects est l'espace d'exposition créé par le collectionneur bruxellois Frédéric de Goldschmidt. Il s'attache à y montrer des artistes non encore représentés par une galerie en Belgique. Revoici Aniceto Exposito Lopez et Babis Kandilaptis, qu'il avait déjà montrés en 2012 et 2014. Visites sur rendez-vous fdgprojectspace@gmail.com. Jusqu'au 10 août, 11 rue de Brachon, 1000 Bruxelles.

Design on air, au CID Grand Hornu

Invisible, intangible, immatériel. Mais aussi omniprésent et vital, puisque sans air, aucune vie n’est possible sur terre. Scientifiques et philosophes partagent avec des designers contemporains leur fascination pour l’air. L’exposition Design on air qui se tient au CID au Grand-Hornu, explore les relations entre le design et l’air, le plus irréel et à la fois le plus essentiel des quatre éléments. Quel rapport à l’air les designers entretiennent-ils ? Qu’en font-ils ? Que représente l’air à leurs yeux ? Est-il pertinent d'associer air et design ?  Si la recherche de matériaux et techniques de production innovants ou la recherche d’atouts fonctionnels, comme la sécurité et le confort, prend parfois le dessus, l’air évoque surtout la magie du volatil, du fugace, de l’éthéré. Jusqu'au 31 octobrewww.cid-grand-hornu.be

Bijoux contemporains

L'âme existe-t-elle ? Si oui, quelle est sa consistance ? Et où va-t-elle se loger ? Rationnelle ou pas, la réponse relève des croyances personnelles de chacun. Au départ de cette hypothèse, celle du poids de l'âme – qui devrait être équivalent à 21 grammes – une série d'artistes donnent le ton. Mus par des aspirations (in)consciemment influencées par leur bagage culturel, ils donnent à voir avec simplicité et humilité des bijoux reflétant des préoccupations humaines profondes, au-delà de la matérialité de l'existence et des diktats de la consommation.  21 Grams est une exposition de bijoux contemporains et d'œuvres d'orfèvrerie initiée par la China Academy of Art, en collaboration avec BeCraft, la galerie allemande Handwerk München, la Gallery of Art de Legnica (Pologne) et le CODA Museum (Pays-Bas). Jusqu'au 8 septembre. https://www.becraft.org/event/21grams

Maîtres flamands

Cet été, la route de l'art intitulée Maitres flamands in situ met en lumière les chefs d’œuvre de l’Art flamand encore conservés dans toutes les régions de Flandre et à Bruxelles dans leur contexte d’origine (abbayes exceptionnelles, églises, sites historiques, ...). Chaque œuvre est à découvrir ou redécouvrir dans son environnement d’origine. La plupart des peintures ont fait l'objet de restauration ou ont été dotées de nouveaux éclairages museaux. Chacune est commentée par une borne digitale multilingue richement illustrée. L'art contemporain s'invitera également sur le parcours. Une initiative d'OKV, avec le soutien de Toerisme Vlaanderen. Jusqu'au 30 septembre. www.vlaamsemeestersinsitu.be

Roman-photo

Le roman-photo a mauvaise presse. À ce jour, il n’a que rarement retenu l’attention des historiens de l’image, et moins encore celle des musées et des centres d’art. Le roman-photo a pourtant bien des choses à nous dire... Né en 1947 en Italie, le roman-photo a constitué le plus gros succès éditorial de l’après-guerre, et restera pendant plus de vingt ans un best-seller de la littérature populaire en Méditerranée et en Amérique du Sud. Les lecteurs – en majorité des lectrices – se comptaient par millions ; les revues dans lesquelles ils étaient publiés passaient de main en main et c’est ainsi que dans les années soixante, on estime qu’un Français sur trois lisait des romans-photos. Reconstituer ces petites mythologies sentimentales permet d’offrir une relecture originale de l’avènement de la société de consommation et de l’évolution des mœurs, tout autant qu’un regard décalé sur l’émancipation et la libération de la femme dans l’Europe méditerranéenne de la seconde moitié du XXe siècle. C’est tout l’enjeu de l’exposition Roman-Photo au Musée de la Photographie à Charleroi, qui réunit près de 200 objets, films, photographies et documents, ainsi que quelques-unes des plus belles réalisations de cet artisanat devenu en quelques années une industrie culturelle de masse, dont certaines productions s’avèrent d’une qualité exceptionnelle. Nous vous en parlerons plus longuement fin août. Jusqu'au 22 septembre. http://www.museephoto.be/actuelles.html

Groetjes uit Knokke

La galerie bruxelloise Rodolphe Janssen annonce une galerie pop-up durant l'été à Knokke, du 27 juillet au 25 août. Avec des œuvres de Pierre Alechinsky, Marcel Berlanger, Fred Bervoets, Bram Bogart, Douglas Eynon, Kendell Geers, Thomas Lerooy, Adam McEwen, Sam Moyer, Gert & Uwe Tobias, Betty Tompkins, Lisa Vlaemminck, Léon Wuidar et des pièces de mobiler vintage. http://rodolphejanssen.com/

Pieter Bruegel pour les yeux et les papilles

Au centre de Bruxelles, au Palais de la Dynastie, l'expo Beyond Bruegel est une immersion à 360° de ce peintre dont on fête le 450 ème anniversaire de la mort cette année. De L’adoration des mages à La chute des anges rebelles, du célèbre Paysage d’hiver avec patineurs et trappe aux oiseaux à La noce paysanne, en passant par Le dénombrement de Bethléem ou encore les fameux Douze proverbes, les œuvres de Pieter Bruegel sont projetées sur plusieurs écrans et l'on s'y plonge avec émerveillement. Mille petits détails nous sautent au yeux. Une grande partie des œuvres sont visibles à deux pas, aux MRBAB. Il aura fallu conjuguer l’amour de Manfred Sellink, spécialiste de Bruegel, et le savoir-faire de la société CREATE.eu pour donner vie au monde de Bruegel. Il ne tient qu'à vous de continuer l'immersion vivifiante en goûtant au menu créé par le jeune chef Paul Delrez, dans son restaurant Plein Publiek situé au rez du Palais de la Dynastie. Il s'est inspiré de sept tableaux de Pieter Bruegel pour créer sept plats et autant de saveurs et couleurs. www.pleinpubliek.be et www.beyondbruegel.be, jusque janvier 2020.

A Tournai, une nouvelle triennale

Intersections #1 est un projet original d’art contemporain élaboré par trois historiens de l’art, Robin Legge, Jeanne François et Lola Pirlet dans la ville de Tournai. Pour cette 1ère édition, nommée Le faussaire et l’aveugle, ce sont les artistes Dany Danino et Daniel Locus qui, en l’espace de trois ans de prospections, rencontres et recherches au travers la ville ont développé un thème sur base duquel ils ont créé et coproduit des installations artistiques dans 10 lieux de la ville. Intersections #1 n’est que le premier volet d’une trilogie de triennales. En 2020, la manifestation sera consacrée au design et au textile, et en 2021, c’est l’architecture et l’art public qui assureront la suite. Jusqu'au 22 septembre. https://triennaleintersections.be/

A Bastogne

A l'Orangerie de Bastogne, voici la troisième exposition d'un cycle de binômes, consacrée cette année à la peinture et au dessin. Charlotte Marchand (Toulon 1968, vit à Bruxelles depuis 1995) et Thierry Grootaers (Bilzen 1974, vit à Haccourt) montrent de grands formats. La première plutôt dans le champ de l'abstraction, l'autre vers la figuration, les deux dans des univers chromatiques pleins d'allégresse et de jubilation. Jusqu'au 4 août. http://www.lorangerie-bastogne.be

L'art au château

Comme chaque année durant l'été, le Fernelmont Contemporay Art Festival invite des artistes à exposer dans le château médiéval de Fernelmont. On y retrouve cette année un parcours sculpture, avec, entre-autres, Pascal Bernier, Chloé Coomans, Ivan Argote, Gustavo Urruty, Wang Kepping. La visite se fait sur rendez-vous (info@chateaudefernelmont.be) jusqu'au 15 septembre. (Pique-nique le 21 juillet, Tea time le 8 septembre et Closing party, le 15 septembre). http://www.chateaudefernelmont.be/

Les gravures de Charley Case

Au Musée du dessin et de l'estampe originale de Gravelines, dans le nord de la France, Les Innommés montre l'important travail d'estampes de l'artiste belge Charley Case. Case est un passeur d’histoires, celles de groupes humains et au-delà de l'aventure humaine. Les artistes par leur art rendent visibles l’indescriptible, ce qui a été ressenti, vécu. « Ça fait 10 ans que je ne lâche pas le sujet, ça parle des gens qui n’ont pas de nom. Ils se faisaient invisibles, ils arrivaient et ils disparaissaient. » Charley Case a habité dix ans à Gibraltar, face à l’Afrique.  Ses gravures se raccordent et tracent l’histoire d’un voyage, la carte des paysages traversés par les hommes.  Cela peut être le parcours des hommes migrant. Ce sont aussi les hommes universels en mouvement, les rondes chamaniques gravés dans les grottes, les chemins de vie, le tourbillon de corps cosmiques. Jusqu'au 25 août. https://www.ville-gravelines.fr

Aux Pays-Bas

En 1995, le musée De Pont a organisé la première exposition d'œuvres de Luc Tuymans aux Pays-Bas. Cet été, l'artiste est de retour à Tilburg avec une deuxième rétrospective, qu'il a fort à propos intitulée The Return. On y voit une cinquantaine de peintures datées de 1975 à aujourd'hui. Cela inclut plusieurs travaux récents encore jamais montrés. The Return est l'une des deux principales expositions Tuymans qui se tiendra en Europe cet été avec La Pelle, sa première exposition personnelle en Italie, au Palazzo Grassi à Venise. Jusqu'au 17 novembre. https://depont.nl/

A Tanlay, en Bourgogne

Il se passe beaucoup de choses au Maroc au plan artistique. Des galeries s’ouvrent, un marché international s’invente (voir 1-54 Marrakech). Les artistes marocains se montrent de plus en plus, une bourgeoisie locale se met à collectionner. La cote des anciens – Yacoubi, Hamri, Melehi par exemple – monte. Et les nouveaux s’affirment, ils ont maintenant la cinquantaine et une nouvelle génération arrive. La Galerie Le L’Œil, à Tanlay en Bourgogne présente Khalil El Ghrib et huit artistes qui s'y réfèrent, dont le Belge Charley Case. https://www.facebook.com/pg/ulysseAtanlay/about/?ref=page_internal 

Des Belges en Bretagne

Depuis vingt ans, Pont-Scorff en Bretagne, à quelques encablures des plages du Morbihan, fait le pari de l’art contemporain. Chaque été, la ville et son Centre d’art l’Atelier d’Estienne proposent à des artistes internationaux d’investir son riche patrimoine historique, architectural et environnemental. Paysages de formes est la 21e édition de son parcours d’art contemporain, L’art Chemin Faisant, confiée cette année à la commissaire d’exposition belge Yolande De Bontridder. Sous son égide, onze artistes belges ou liés à la Belgique investissent la ville, dans une déambulation esthétique, philosophique et poétique. Marion Beernaerts, Jeanine Cohen, Athina Ioannou, Elliot Kervyn & Lisa Egio, Benoît Maire, Caroline le Méhauté, Hans Op de Beeck, Tinka Pittoors, Benoît Platéus, Oriol Vilanova, Tatiana Wolska, autant de regards singuliers sur les liens tissés entre l’homme et son milieu naturel ou culturel. Jusqu'au  au 15 septembre. http://www.atelier-estienne.fr/

En Italie

Le photographe belge Michel Couturier présente à Catane une sélection d'installations et de vidéos de ses voyages en Sicile entre 2016 et 2018. Suspendu entre la surprise pour l'inattendu, l'enchantement et la perplexité, sa lecture met en exergue les contrastes les plus stridents: d’immenses infrastructures invasives, ainsi qu’une nature dont l’âme mythique coexiste avec le siège par le béton, racontent l’abject et le épopée sublime de la condition humaine. Jusqu'au 30 septembre. www.zoculture.it

Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo et Marianne Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et de la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.