Au Château de Seneffe, l'atelier d'un Maître orfèvre

Muriel de Crayencour
02 juillet 2019

Au Château de Seneffe, Le Triangle d'Or est une exposition autour de l'atelier d'un orfèvre parisien, au 18è siècle. Une proposition soignée, extrêmement bien construite et ludique, qui plaira à toute la famille. 

Il faut se garer un peu sur le côté du domaine, puis cheminer entre les grands arbres, pour enfin y avoir accès à la grande cour pavée qui s'étale, entourée de galeries, devant le Château de Seneffe. Construite au 18è, l'élégante bâtisse abrite aujourd'hui le méconnu Musée l'orfèvrerie de la Communauté française. Au premier étage, qui s'atteint par un spectaculaire escalier en marqueterie de bois, l'exposition Le Triangle d'Or démarre avec la reconstitution de l'atelier d'un Maître orfèvre dans le Paris du siècle des Lumières. Une silhouette animée apparait sur un écran et vous raconte son travail. Sur l'établi, des outils, des objets en cours de fabrication.

Le siècle des Lumières est celui au cours duquel la pensée s’est libérée, celui où l’on dispose de soi, celui où l’on remet la religion et les dogmes en question, celui où l’on se libère des institutions. La critique est enfin permise, les idées évoluent et la société change. L’homme veut décider de son destin, de sa vie et de ses loisirs quand il peut se les offrir. Les changements se passent dans toutes les classes sociales. En même temps, les hommes s’intéressent au monde, proche et lointain, aux découvertes, aux expéditions, aux sciences, … L’éducation évolue, l’expérimentation et la raison sont de mise. Le progrès est en marche, les techniques et les inventions se développent davantage. L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert diffuse le savoir auprès de tous. La notion de bonheur devient une norme essentielle pour l’individu qui veut prendre sa vie en main. Tous veulent une part de bien-être et en finir avec la pauvreté et refusent de subir davantage leur sort. Fini de croire aveuglément en un monde meilleur après la mort. C’est dans les grandes villes que le changement s’effectue le plus vite grâce aux développements des espaces publics où les gens s’amusent, discutent et échangent : cafés, salons, … Le commerce se développe et l’économie met en valeur la notion de travail. Les privilèges hérités n’ont plus le même poids. Dès lors, l’ordre social change.

 

Quatorze rencontres


La suite de l'exposition présente ensuite différentes personnages qui ont passé commande chez l'orfèvre. L'abbé de cour, qui a besoin d'objets de culte : calices, ciboires, burettes, custodes, croix et flambeaux, en argent évidemment. Bible et prie-dieu sont installés dans l'espace qui lui est réservé. Le marchand juif de chocolat. C'est sa communauté qui, depuis l'introduction du breuvage en Espagne au VXIè siècle, garde le secret de fabrication de la boisson si convoitée. C'est le breuvage des snobs et des mondains qui passent commande au Maître orfèvre de nombreuses chocolatières.

Voici les châtelains, qui aiment passer l'hiver en ville. Ils décorent leur hôtel particulier de mobilier néo-classique. Derrière la vitrine suivante, une chambre d'enfant, avec un berceau en cuivre, une maison de poupée, et une collection d'objets miniatures en argent destinés à garnir ces maisons de poupée. Plus loin, présentation du diplomate, amateur de tabatières, boîtes à mouches, à bonbons, à thé en argent, de l'espionne, de l'auteur à succès, ... chacun entourés de mobilier, accessoires et argenterie.

Un autre chapitre s'ouvre avec la présentation de métiers, comme celui de barbier perruquier, de l'apprenti plâtrier, du paysan, du tavernier. Ici, plus d'objets en argent mais des outils en fer et bois, des jattes et cruches en terre cuite pour ces gens du peuple. Le dernier espace montre la taverne. Sur une table, des gobelets, des dés, ... Une bande-son laisse entendre des cris ... les débuts de la révolution française.

L'exposition, ludique, est construite pour plaire à tous les âges. Elle s'accompagne d'une application avec des contenus additionnels. Une excursion estivale s'impose ! Ne manquez pas de vous promener ensuite dans le parc du château, qui abrite quelques arbres magnifiques.

Triangle d’or
Château de Seneffe – Musée de l’Orfèvrerie de la FWB
7-9 rue Lucien Plasman
7180 Seneffe
Jusqu'au 10 mai 2020
Du mardi au dimanche de 10h à 18h
www.chateaudeseneffe.be

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo et Marianne Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et de la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.