Quitte ou double, Roeland Tweelinckx !

Muriel de Crayencour
16 juin 2016
Passant devant un chantier, Roeland Tweelinckx voit deux poutres d'acier posées sur le sol. Ou plutôt, il lui semble voir deux poutres liées depuis leur fabrication en un seul et même objet. C'est le départ d'une interrogation de cet artiste belge sur le doublé, le duplicata, voire la gémellité. Objets du quotidien et éléments d'architecture sont ainsi revus, dédoublés et corrigés par l'artiste.

Dès l'entrée, voici une poutre qui se dédouble, sorte de rameau lisse comme de l'acier peint. Voilà une colonne qui semble soutenir le plafond mais qui est découpée, rendue fragile par son dédoublement, voici deux Petit Beurre rassemblés en un seul biscuit, « qu'on peut partager, dit l'artiste, alors que, par politesse, on ne peut jamais prendre le dernier biscuit dans l'assiette. » D'autres biscuits, déformés, sont posés tout au bord d'une petite vitrine d'exposition. Posés ainsi à la frontière, ils hésitent, sont-ils une œuvre d'art ? D'être deux les rend-il moins précieux ?

Roeland Tweelinckx  est né à Duvel en 1970. Il est diplômé de Sint Lucas et de KASKA (Artesis), Anvers. Il vit et travaille à Kontich. C'est sa première exposition à la Feizi Gallery à Bruxelles. Dans un dédale sémantique de pensées autour du double, mais aussi de la déformation – voyez cette assiette sur son support, accrochée si haut qu'elle est déformée par le plafond ; voyez cette poutre d'acier rouge ou ce balai qui s'arrondissent le long du mur – Tweelinckx joue avec beaucoup d'humour sur la perception. On voit ici des poutres qui sont en fait fabriquées en bois poli et laqué, des biscuits en pâte à sel définitivement immangeables. Les objets et les situations sont devenus absurdes, obligeant le spectateur à reconsidérer toute l'affaire. Le réel de Roeland Tweelinckx n'est pas la réalité. C'est désopilant mais aussi bien pensé, très recherché, un brin trop conceptuel, parfois. C'est quitte ou double, on vous aura prévenus !
Roeland Tweelinckx
Duplicates
Feizi Gallery
8B rue de l'Abbaye
1050 Bruxelles
Jusqu'au 23 juillet
Du mercredi au samedi de 11h30 à 18h30
www.gallery-feizi.com













Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo et Marianne Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et de la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.