Les punaises d'Aleksandra Chaushova

Muriel de Crayencour
04 octobre 2018
Aleksandra Chaushova est de retour à la Jozsa Gallery. En septembre 2016, elle gagnait le prix SOFAM du meilleur solo show sur Art on Paper, avec entre autres un immense dessin composé de grands personnages énigmatiques en file sur toute la longueur du papier. Elle exposera au M Leuven en 2019.

Née en 1985 à Sofia (Bulgarie), la jeune artiste vit et travaille à Bruxelles. C'est sa première exposition solo chez Jozsa Gallery. Mais nous connaissons ses dessins à la mine de plomb, d'une exquise précision, et son univers étrange et onirique. Aux cimaises aujourd'hui, de grands insectes - des punaises (bugs) - dessinés avec la même finesse qu'une illustration qu'on trouverait dans un ouvrage scientifique. Mais étrangement l'un porte un manteau, l'autre s'accroche à une manche de chemise. Un autre encore est posé sur une orchidée mouchetée dont il prend le motif. Les dessins sont accompagnés de courtes phrases : « He signs his reports with the pseudonym Nicolas », « The object - his father - caught during operation Weeds », etc.

Au fond de la galerie près de la fenêtre, une vidéo. On y voit un homme de trois quarts dos qui parle « d'objets », « d'agents », ... Il s'agit d'un ex-informateur de l'Etat qui raconte son expérience. On découvre tout un langage codé qui permettait de déculpabiliser les agents. Hannah Arendt explique dans Eichmann in Jerusalem que les nazis utilisaient le mot « évacuation » ou « traitement spécial » pour dire « tuer ». Les informateurs de la sécurité d'Etat étaient des « objets », recrutés soigneusement... C'est l'histoire de son pays et des dérives du communisme soviétique qui se raconte dans les dessins d'Aleksandra Chaushova. Derrière leur esthétique impeccable, tout un monde de non-dits, les secrets et la surveillance sans fin de la population exercée par les systèmes totalitaires. A voir pour toutes ces histoires tues visibles sous le dessin, qui l'enrichissent et le densifient.
Aleksandar Chaushova
The Object and his Father : A Bug Story
Jozsa Gallery
24 rue Saint-Georges
1050 Bruxelles
Jusqu'au 27 octobre
Du jeudi au samedi de 12h à 18h
http://www.jozsagallery.com









Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo et Marianne Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et de la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.