Chambres closes

Muriel de Crayencour
26 juin 2020

Pour sortir du lockdown, la Galerie La Forest Divonne a prévu une exposition collective des artistes qu'elle représente, en trois chapitres. Le premier se nommait Ensemble, ailleurs et le deuxième, qui vient d'ouvrir, porte le titre Ensemble, en soi.

Ce chapitre rassemble des œuvres plus intimes que le premier, avec des natures mortes (Hollan, Pittoors), des œuvres faisant écho au confinement (La série de photos de Lucien Hervé), ou témoignant du travail de l'artiste chez lui (les photos d'Illés Sarkantyu de détails des ateliers d'Alexandre Hollan, de Pierre Tal Coat ou de Lucien Hervé...).

Ainsi la série de photographies d'Elsa & Johanna. Photographes et vidéastes basées à Paris, Elsa Parra et Johanna Benaïnous se sont rencontrées sur les bancs de la School of Visual Arts de New York et travaillent fréquemment en binôme. Dans leur série photo très cinématographique A Couple of Them, qui prend place entre les États-Unis et la France, les deux photographes se mettent en scène et prennent la peau de personnages déjà croisés. Leur travail, troublant, n’est pas sans rappeler celui de Cindy Sherman. Il relève de la performance, de la sociologie et du travestissement. La sélection de six photographies montrent des jeunes femmes enfermées chez elles, ou attendant dans une posture d'ennui. 

Les monochromes d'Anna Mark datant de la fin des années 1990 présentent des quadrilatères, comme des plans de chambres... dont on ne peut plus sortir. 

Les sculptures de Tinka Pittoors, qu'on avait beaucoup aimée dans son exposition solo en septembre 2019, prennent ici des allures de paysages intérieurs un peu inquiétants, comme les pensées étranges qui occupèrent nos esprits pendant le confinement. Les peintures sur bois de Pierre Buraglio sont des vues de murs ou de morceaux de fenêtres. On est encore à l'intérieur, dans une pièce close à la fois rassurante et angoissante. Les plis qui sont au centre de toutes les sculptures de Bernadette Chéné évoquent elles aussi l'intimité, le secret, la chambre close, même si l'artiste utilise des journaux (nouvelles fraîches du monde) pour les créer.

Gros coup de cœur pour les Cornerstones de Hao Shiming, des galets peints de petits traits, qui semblent des empaquetages de petits papiers, comme des secrets tenus très serrés dans le poing et bien gardés. Ainsi que pour les photographies de Lucien Hervé, datant de 1948 et intitulées Paris sans quitter ma fenêtre : détails en noir et blanc de coins de rues, ombres portées, toutes évoquent la mission du regard qui traverse les carreaux et porte sur l'extérieur, nous sauvant de la solitude.

Le troisième chapitre (du 9 au 25 juillet) de cette exposition se nommera Ensemble, au-delà. On y verra des artistes qui, par leurs peintures, nous emmènent dans le rêve, et notre besoin de spiritualité. Une occasion de plus de découvrir la large palette de talents que défend la galerie.

Ensemble, en soi
Galerie La Forest Divonne
Rue Hôtel des Monnaies 66
1060 Bruxelles
Jusqu'au 7 juillet
Du mardi au samedi de 11h à 19h
www.galerieforestdivonne.com

Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo, Marianne Belgique et M Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et sur la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.