Andreas Grunert, paysages

Muriel de Crayencour
26 septembre 2019

A voir encore quelques jours à la Galerie Dys, les petits dessins et grandes toiles de l'Allemand Andreas Grunert. Cet artiste majeur de la scène artistique allemande avait déjà exposé à la galerie en 2005. C'est sa première exposition en Belgique depuis.

Né en 1947 à Chemnitz en Allemagne, Andreas Grunert a étudié à Stuttgart et Vienne. Il a vécu quelques années à Anvers. Il présente ici trois grandes toiles et une série de petites encres sur papier. Les feuilles de riz de format carré, garnies en leur centre d'un carré à l'encre dorée ou argentée, servent en Inde comme offrandes et symbolisent des billets de banque. Depuis plusieurs décennies, Andreas Grunert dessine en quelques traits à l'encre sur ces papiers. Le carré central sert de base et devient maison, livre, récipient, cache, pour des scènettes délicates et poétiques. Une tête en émerge, un bout de paysage se cache derrière, ... Ces dessins rapidement esquissés, tracés quotidiennement, constituent une sorte d'archive des pensées de l'artiste. Le fait d'en faire sans discontinuer, créant une série sans fin, ajoute à l'agrément de la proposition. A regarder aussi comme une succession de captures d'écran d'un même film ...

Les grandes toiles présentent des paysages à la fois figuratifs et imaginaires. Ici, un bois de bouleaux, avec leur écorce si graphique. S'y promènent quelques personnages dont une Vénus seulement vêtue de ses longs cheveux. Une autre toile présente un morceau de paysage vert vif, forme comme découpée et posée au centre de la toile. A côté, un personnage, rapporté lui aussi. L'univers de l'artiste allemand traverse le monde des songes et des contes. Paysages collés sous nos paupières à l'aube, après une nuit de sommeil et de songes, personnages tracés en quelques traits, mobiles, vifs, circulant dans les images comme des petits Poucet, ... Le réel est loin derrière et n'intéresse pas Grunert. Ce qu'il veut, c'est promener ses pinceaux à travers les détours de l'imaginaire, des histoires secrètes et de ses paysages mentaux.

Andreas Grunert
Secrets
Galerie DYS
84 Rue de l'Arbre Bénit
1050 Bruxelles
Jusqu'au 6 octobre
Jeudi et vendredi de 11h à 18h, samedi et dimanche de 14h à 18h
http://www.galeriedys.com

Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo et Marianne Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et de la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.