Anne-Marie Gillion Crowet se défait d'un important Magritte

Muriel de Crayencour
12 janvier 2022

La toile L'Empire des lumières, de René Magritte, sera mis en vente le 2 mars chez Sotheby's London, avec une estimation de plus de 60 millions de dollars.

Chef-d'œuvre de l'art du XXe siècle, L'empire des lumières rassemble les deux éléments les plus fondamentaux de la vie quotidienne - ceux du jour et de la nuit - sur une toile paradoxale. Avec son échelle impressionnante, la peinture cinématographique entraîne le spectateur dans le monde intemporel de Magritte. Son immédiateté et sa puissance incarnent ce qui place Magritte au panthéon des artistes les plus recherchés du marché. " Nous ne pourrions être plus ravis de commencer la nouvelle année en présentant cette œuvre phare à Londres, où elle représente une nouvelle référence à la fois pour l'artiste et le marché de l'art mondial," explique Helena Newman, présidente de Sotheby's Europe et responsable mondiale de l'art impressionniste et moderne

L'une des œuvres d'art moderne les plus désirables entre des mains privées et parmi les images définitives de l'art surréaliste, L'empire des lumières de René Magritte capture le paradoxe visuel qui est au cœur de l'originalité de l'artiste. L'œuvre immédiatement reconnaissable a été créée en 1961 pour la baronne Anne-Marie Gillion Crowet, la fille du mécène de Magritte, le collectionneur surréaliste belge Pierre Crowet, et est restée dans la famille depuis. Anne-Marie incarnait l'idéal esthétique de Magritte, avant même qu'il ne la rencontre réellement. Curieusement, sa ressemblance se retrouve dans un certain nombre d'œuvres exécutées avant leur première rencontre, « Tu vois, je te peignais déjà avant de te connaître, » disait l'artiste. Par la suite, la jeune femme est devenue une amie de Magritte et de son épouse Georgette, apparaissant dans plusieurs des peintures les plus importantes de l'artiste.

Estimé à plus de 60 millions de dollars, ce chef-d'œuvre de l'art du XXe siècle sera proposé en vedette de la Sotheby's Modern & Contemporary Evening Auction à Londres le 2 mars.

Exposé dans le monde entier à Bruxelles, Rome, Paris, Vienne, Milan, Séoul, Édimbourg et San Francisco, L'empire des lumières a récemment été prêté au Musée Magritte de Bruxelles de 2009 à 2020, entouré de la plus belle collection de peintures de Magritte en le monde. Avant la vente aux enchères, le tableau sera exposé publiquement dans les galeries Sotheby's à Los Angeles, Hong Kong, New York et Londres.

Anne-Marie Gillion Crowet & Magritte

La première rencontre de Magritte avec Anne-Marie, lorsqu'il la reconnut comme l'incarnation de la muse qui habitait déjà son imaginaire, eut lieu alors qu'elle avait 16 ans et qu'on lui demanda de peindre son portrait. Dans les années qui ont suivi, son visage a continué à apparaître dans plusieurs de ses peintures majeures. Dès leur première rencontre, le couple a noué des liens étroits, l'artiste lui envoyant des petits dessins et lui montrant ses derniers tableaux, en peignant même un à l'occasion de la naissance de sa fille. Faisant bel et bien partie de son monde intérieur, Anne-Marie jouait aux échecs avec l'artiste dans son bistrot préféré et passait des soirées en famille à regarder des films de Charlie Chaplin et Buster Keaton.

La domination de la lumière

Magritte a commencé à travailler sur une version de ce sujet en 1948, revenant à l'idée à plusieurs reprises au cours de la décennie suivante, en réimaginant et en enrichissant soigneusement chaque nouvelle composition. Le groupe résultant de dix-sept huiles intitulé L'empire des lumières constitue la seule véritable tentative de Magritte de créer une série au sein de son œuvre. Les œuvres évoluent dans le temps, un peu à la manière des nuits étoilées de Vincent van Gogh et des nénuphars de Claude Monet.

La série a été un succès immédiat auprès du public et des collectionneurs - avec la première version achetée par Nelson Rockefeller et des exemplaires maintenant conservés dans la Peggy Guggenheim Collection, Venise, le MoMa de New York, The Menil Collection à Houston et les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles. Cet exemple est parmi les plus grands, mesurant 114,5 x 146 cm..

Le sujet a peut-être été inspiré par le poème L’Aigrette d’André Breton, que Magritte connaissait bien, avec le vers d’ouverture : « Si seulement il faisait du soleil cette nuit. » La combinaison étrange d'une rue sombre et nocturne sous un ciel bleu éclatant est typique de l'imagerie surréaliste troublante de Magritte - dans laquelle deux choses apparemment incompatibles sont réunies pour créer une fausse réalité. Le décor suburbain lui-même est reconnaissable, représentant une rue calme près du Parc Josaphat à Bruxelles où l'artiste s'était installé en 1954.

L'art surréaliste et le cinéma étaient inextricablement liés, et cette image majestueuse est sans doute la plus cinématographique de toute l'œuvre de Magritte. Témoignage de son pouvoir saisissant, l'œuvre a même inspiré une scène du classique L'Exorciste, lauréat d'un Golden Globe en 1973.

Sotheby's Modern & Contemporary Evening Auction
2 mars
https://www.sothebys.com/

Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo, Marianne Belgique et M Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et sur la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.