L'art africain en famille au Van Buuren

Muriel de Crayencour
28 janvier 2020

Cela fait cinq ans qu'Isabelle Anspach, conservatrice du Musée Van Buuren, rêve d'exposer de l'art africain dans la maison Art déco des époux Van Buuren. C'est chose faite depuis quelques jours, avec les pièces remarquables de deux collectionneurs amis. 

Dans cet antre de collectionneurs, les peintures de Gustave van de Woestijne, les tentures, les boiseries foncées, les tapis, les meubles vernis, les lampes Art déco... accueillent en toute intimité masques, statuettes, fétiches, ivoires d'arts premiers, issus de deux remarquables collections privées, comme s'ils faisaient partie de la famille. C'est peu dire que les sculptures de bois, de terre ou de bronze se marient avec grâce et élégance à l'intérieur cossu et riche en œuvres d'art de la villa d'Uccle. C'est l'effet recherché par les deux collectionneurs. "Nous sommes des collectionneurs à l'ancienne, explique l'un d'eux. Aujourd'hui, cette manière de collectionner en traquant et en accumulant les belles pièces tend à disparaitre. Parce que les tout premiers collectionneurs disparaissent ou ont disparu. Les acheteurs actuels veulent une seule pièce, si possible chère, qui va être intégrée dans leur collection d'art contemporain. Nous avions envie de montrer comment nous, nous persistions à collectionner. De montrer des pièces pas derrière une vitrine mais plutôt dans le cadre d'une habitation."

Isabelle Anspach et Didier Claes se sont occupés du commissariat de l'exposition. "Nous avons conçu la scénographie pour donner l'impression que ces œuvres ont toujours été là", explique Claes.

"Je ne montre pas souvent mes pièces, poursuit le collectionneur. Je prête anonymement dans les musées. Je continue à acheter pour trouver les pièces qui compléteront la collection. Le fil conducteur de celle-ci est une certaine intériorité. Les œuvres vont de 2000 ans ACN jusqu'au début XXe."

Sur le piano, une série de statuettes Kota. Etonnant et élégant mariage avec une lampe en acier Art déco. Près d'une fenêtre, une remarquable tête Sanwi Krinjabo en terre cuite qui a déjà été prêtée à plusieurs musées. Trois statues Mumuye élancées sont placées devant une baie vitrée et face aux grands arbres du jardin. Dans la salle à manger, trois masques Dan sont posés sur le buffet, devant une nature morte de van de Woestijne, montrant une cruche de terre noire, une orange et une grappe de raisin sur un fond à la feuille d'or. Mais aussi un masque Songye à motifs géométriques posé devant les vitraux de la fenêtre dans l'escalier. 

Si vous avez envie de vous laisser emporter par la beauté, il ne faut pas manquer cette exposition, à voir jusqu'au 1er mars.

Art africain au Musée Van Buuren
41 avenue Léo Errera
1180 Uccle
Jusqu'au 1er mars
Du mercredi au lundi de 14h à 17h30
https://www.museumvanbuuren.be

 

 

Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo, Marianne Belgique et M Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et sur la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.