Les artistes vous attendent !

Muriel de Crayencour
03 mars 2022

Jonathan Kugel a vidé les deux espaces de sa belle galerie aux plafonds majestueux du Sablon, habituellement remplis d'objets d'art à la manière d'une île aux trésors, pour laisser la place aux œuvres d'artistes du Créahm, sous le regard bienveillant et le commissariat de Justine Jacquemin, de la Galerie Dys.

Deux jeunes galeristes qui s'apprécient, Jonathan Kugel et Justine Jacquemin, parlent et échangent sur leurs choix et leurs goûts. C'est de cette discussion qu'est née l'exposition La vie nous attend, présentant huit artistes outsiders du Créahm. Nous vous parlons régulièrement de ces artistes si particuliers, entre autres au fil des expositions à l'Art et Marges Musée de Bruxelles.

Le Créahm (Création et Handicap Mental) est un laboratoire d’expérimentation artistique qui propose des ateliers d’arts plastiques et d’arts vivants à des personnes en situation de handicap mental. Au Créahmbxl, les participants développent leur propre pratique de création dans un mélange de liberté et d’apprentissage. Accompagnés d’artistes-animateurs, ils déploient et enrichissent leurs univers artistiques personnels.

Ainsi, Inès Reddah, avec ses personnages si reconnaissables, bouche, yeux, tête, mains et pieds représentés par des boules aux multiples rayons, comme des soleils. Elle a aussi orné les vitres de la galerie, au feutre blanc.

Kirill Patou dessine au Bic des personnages entourés de lettres : une langue mystérieuse, que seule l'artiste et l'encadreuse du Créahm peuvent lire, nous raconte Justine Jacquemin.

Si vous rencontrez Roger Angeli au vernissage, fièrement installé devant ses dessins, il vient vers vous sans timidité, la main tendue. Il plonge les yeux dans les vôtres et vous explique qui vous étiez dans une vie précédente. Très instructif ! Dans ses dessins, il conte aussi des histoires faramineuses, qui s'enroulent comme des vagues autour de ses dessins. D'étranges destins y sont décrits et il ne faut pas manquer de les lire : « Je t’attrape, je t’emmène en direction du bonheur ; maintenant... c’est-à-dire au présent, ou alors, à l’instant, je t’emmènerai, au loin en voyage. Ta bouche, tout comme tes mains, par ailleurs ; quand, sur place, nous serons, je t’offre : fruits de mer et champagne. Avec mes propres sous, couplés aux tiens, c’est-à-dire ceux de la Maison Royale dont tu descends. Tu verras : cet enfant sera merveilleux, tu es géniale, et moi, simplement intelligent, alors, notre enfant sortira des normes... » 

Les petits personnages au Bic de Roland Goosens font de la gymnastique, ils plient, dansent, et parfois même tentent de s'envoler.

Au crayon de couleur, Shérazade Gharbi invente des villes et des maisons, entourées de routes noires, un peu comme nous dessinions les villages, enfants. Tout est aplati et dans ce monde en deux dimensions se promènent de gentils bonshommes et bonnes femmes au visage très reconnaissable.

Les grandes gouaches de Fernand Eckaert, construites avec un pinceau large et de belles couleurs, présentent grandes fleurs schématiques et têtes stylisées. Sa série se détache avec élégance du mur rouge ocre de la galerie, sur lequel elles sont simplement punaisées. 

Diyana Asfar a dessiné sur papier noir le Roi et la Reine, yeux en amande, habits d'apparat. Sur le côté des silhouettes, un texte qui vous explique l'affaire. Maxime Cottone travaille à la gouache, avec de belles couleurs franches. Il a été marqué par le personnage de Grace Jones dans une pub de Jean-Paul Goude pour le champagne, image forte sur laquelle il a dû tomber dans un vieux magazine. Il répète à l'envi cette silhouette que nous reconnaissons aussi, image d'une époque. 

C'est vif et charmant mais c'est surtout intense et artistiquement fort. Et ce sont de tous petits prix. C'est à voir jusqu'au 12 mars.


La vie nous attend
Créahmbxl
Galerie Dys &
Galerie Jonathan F. Kugel
16 rue Watteeu
1000 Bruxelles
Jusqu'au 12 mars
Du mercredi au samedi de 11h à 18h
https://www.jonathanfkugel.com/

 

 

Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo, Marianne Belgique et M Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et sur la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.

Newsletter
S'inscrire

Pour rester au courant de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Soutenir mu in the city
Faire un don

Faites un don pour soutenir notre magazine !