Entre la ligne et la courbe : Brussels Art nouveau & Art déco

Mylène Mistre-Schaal
18 février 2020

BANAD, un acronyme que l’on ne présente plus aux Bruxellois, 5 lettres qui font vivre la capitale au rythme de l’Art nouveau et de l’Art déco, le temps de trois week-ends (du 14 au 29 mars). À l’occasion de sa quatrième édition, le BANAD 2020 a encore de quoi nous surprendre. Sa programmation propose un bel équilibre entre des lieux inédits rarement ouverts au public et la redécouverte des grands classiques de l’architecture bruxelloise de 1893 à la fin de l’entre-deux-guerres.  

Le premier week-end, les 14 et 15 mars, mène dans les quartiers Sud de la capitale (Ixelles, Saint-Gilles et Forest) tandis que les 21 et 22 mars sont consacrés à l’avenue Louise et à Bruxelles Nord. Enfin, les 28 et 29 mars, c’est au tour de Schaerbeek, du quartier des squares et de la commune de Saint-Josse-ten-Noode de faire l’objet d’un focus tout particulier cette année. 

Les nouveautés

Parmi les nouveautés, c’est notamment l’occasion de pousser pour la première fois l’une des 82 portes (!) de la Villa Pelseneer, charmant cottage Arts and Crafts inspiré par Mackintosh (Uccle – 15 mars), de découvrir ce qui se cache derrière les façades des anciens Etablissements Blum (Bruxelles – 21 et 22 mars) ou de la Maison Deboodt (Saint-Gilles – 14 et 15 mars) dont les remarquables fenêtres aux vitraux ouvragés se répondent dans un rythme agréablement dissonant. Pour ceux qui préfèrent la ligne à la courbe, de nombreux édifices Art déco tels que les Bains de Saint-Josse (28 et 29 mars), fraîchement rénovés, ou l’Immeuble Ramaekers (Ixelles – 14 et 15 mars) réalisé dans le plus pur style de l’Ecole d’Amsterdam, sont également des inédits.

Des maisons privées

En plus de dévoiler des demeures privées inaccessibles à tout un chacun, le BANAD donne aussi l’occasion de découvrir des intérieurs vivants, "habités" au sens propre comme au sens figuré. Certaines visites sont même assurées par les propriétaires. Des passionnés qui dévoilent, à force d’anecdotes et de tranches de vie, un pan plus intimiste de ces édifices tout en faisant résonner la petite et la grande histoire. La Maison Langbehn (Schaerbeek – 28 mars) se laisse découvrir le temps d’un thé et d’un concert de guitare classique en compagnie de ses habitants, la Maison Herrero (Schaerbeek – 28 et 29 mars), la Maison Strauven (Bruxelles – 28 et 29 mars) ainsi que le somptueux Hôtel Max Hallet et son incroyable escalier d’honneur signé Victor Horta (Ixelles – 14 et 21 mars) se visitent également avec leurs propriétaires. Le plus insolite ? Le Clockarium (Schaerbeek – 29 mars), collection d’horloges en faïence Art déco sise dans une maison de l'architecte Gustave Bossuyt. Du sol au plafond, les murs couverts d’horloges et de pendules livrent leurs secrets avec la complicité de leurs collectionneurs.

Une kyrielle d’autres manifestations corollaires feront revivre l’esprit des années 1900-1930 un peu partout dans la ville : expos, concerts jazzy, conférences historiques et ateliers pour les familles sont inscrits au programme. Le 29 mars, une soirée festive et burlesque, organisée dans l'atmosphère inégalable du cabaret de l'Os à Moëlle, viendra clore avec panache ce voyage architectural de la Belle Epoque aux Années folles. Toutes les visites se réservent en ligne. 

Brussels Art nouveau & Art déco Festival
Du 14 au 29 mars
réservations en ligne
https://www.banad.brussels/fr/

Mylène Mistre-Schaal

Journaliste

Articles de la même catégorie

Laure Eggericx
16 mai 2020
Fabian Meulenyser
30 avril 2020
Joost De Geest
23 avril 2020