A voir ce weekend

Muriel de Crayencour
11 septembre 2021

Le Brussels Gallery Weekend bat son plein, malheureusement la plupart du temps sous la pluie. Qu'à cela ne tienne, 46 galeries sont au rendez-vous, dont deux nouvelles venues, la brésilienne Jaqueline Martins, qui présente Ana Mazzei (1979, Sao Paulo) et l'Anglais Fabian Peake, (1942) qui entament un dialogue intergénérationnel plutôt réussi. Ainsi que la Luxembourgeoise Nosbaum Reding, qui s'est installée rue de la Concorde.

Notre sélection dans ces galeries: la réouverture d'Aeroplastics, dans un ancien garage, rue Vanderkindere, avec une belle surface d'exposition et ses artistes fétiches ; les céramiques sauvages et vives de Roger Herman chez Sorry We're Closed ; chez Baronian Xippas, Yves Zurstrassen, qui a enfin à Bruxelles une galerie à la mesure de sa création ; Bernier Eliades, qui défend la Belge Valérie Mannaerts, et c'est une excellente nouvelle, CLEARING avec Koenraad Dedobbeleer ;  la galerie Dys avec le duoTithika Merchant et Benoît Huot, qui convoquent quelques esprits mystérieux, comme souvent chez Justine Jacquemin ; les grands formats matiéristes, spectaculaire, de Dashiell Manley, chez Nino Meir ; les étranges sculptures d'Alma Allen, chez Mendes Wood DM mais aussi dans les jJardins du Musée Van Buuren ; Guillermo Mora chez Irène Laub ; ... Notez que toutes ces expositions durent au moins un mois et que vous pouvez prendre votre temps si vous le désirez.

L'expo Generation Brussels de 10 artistes émergents, à la Tour à Plomb et au Bâtiment Lebeau (ancien Taschen au Sablon) a retenu notre attention et nous vous en parlons par ailleurs. 

Nous ne manquerons pas de vous parler aussi de Marcel Broodthaers et de ses plaques thermoformées, qui font l'objet d'une importante exposition au Wiels, Industrial Poems, Open Letters.

brusselsgalleryweekend.com
Jusqu'au dimanche 12 septembre

Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo, Marianne Belgique et M Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et sur la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.