Espaces, matières et formes à la Ballroom Gallery

Dounia Dolbec
22 octobre 2021

Jusqu’au 11 novembre, la Ballroom Gallery présente une exposition commune des artistes plasticiens Caroline Van den Eynden et Conrad Willems qui interroge notre rapport à l’espace et à la matière et notre capacité d’abstraction.

Du marbre, des briques, du bois, du fer, de la pierre, du carrelage, du verre, du plastique, de la terre... De nombreux matériaux se rencontrent dans la salle de la Ballroom Gallery où cohabitent les œuvres de Caroline Van den Eynden et Conrad Willems. Le point commun de leur travail : les formes architecturales, qui font voyager le visiteur dans des mondes imaginaires où les arcades et les escaliers peuvent mener n’importe où.

Inspirés de structures d’architecture existantes mais dépourvues de fonctions déterminées, les sculptures, tableaux et installations de Caroline Van den Eynden et Conrad Willems réunissent virtuosité technique et influences surréalistes. À peine entré dans la galerie, le visiteur est immergé dans un univers de géométries organiques, peuplé de colonnades, d’échelles, de portes et de fenêtres. Edifier, bâtir, fonder : ces verbes se manifestent immédiatement à l’esprit de l’observateur et évoquent des références multiples telles que la Tour de Babel ou encore les notions de modernité et de progrès attachées à l’idée de construction.

Caroline Van den Eynden est née et a grandi à Anvers où elle vit et travaille aujourd’hui. Formée aux beaux-arts et en design d’intérieur, sa recherche se nourrit des souvenirs, des rêves et des désirs. A travers l’utilisation de matériaux variés, l’artiste crée des installations et des sculptures délicates et complexes. La présence de mobilier tels que des chaises, des portes, des fenêtres ou encore des escaliers exprime toute une métaphore autour de l’usage de ces objets, leur potentielle valeur évocatrice mais aussi leur capacité à tisser des liens entre le passé et le futur.

Conrad Willems, né à Ostende et basé à Gand, est un artiste plasticien qui réalise des sculptures, dessins et performances. Il travaille autour des concepts de géométrie, de répétition et de modularité et conçoit ses œuvres comme des formes et non pas comme des bâtiments, malgré leur aspect fortement reconnaissable au niveau architectural. Son objectif est que la forme se détache de l’objet connu et prime sur la fonction associée à cet objet pour exister par elle-même et laisser libre cours à l’interprétation et à la fiction. L’objectif est ainsi de déconstruire les codes implicitement mais unanimement intégrés et que l’on applique à l’environnement qui nous entoure.

On retrouve donc dans les œuvres de ces deux artistes une importante place donnée à la liberté du spectateur de construire son propre point de vue. La scénographie accentue cette volonté en permettant au visiteur de se déplacer entre les œuvres, de circuler autour d’elles, de les mettre en perspective car elles partagent le même espace et se répondent entre elles. Les accrochages variés, l’utilisation des murs, de l’espace central, les différents reliefs et dimensions invitent au mouvement, aux passages, aux traversées. Comme des échappatoires vers de nouvelles utopies, les sculptures imposantes en marbre de Conrad Willems et les structures minutieuses et élaborées de Caroline Van den Eynden sont des propositions de voyage dans l’espace et dans le temps, tout en restant chargées de références symboliques identifiables et familières. Il s’agit alors de s’autoriser à s’extraire de nos repères pour laisser libre cours à l’évasion et à l’inventivité.

 

Caroline Van den Eynden/ Conrad Willems
Ballroom Gallery
119-123 rue Royale
1000 Bruxelles
Jusqu'au 27 novembre

Du mercredi au samedi de 12h à 18h

www.ballroomgallery.be

Dounia Dolbec

Journaliste

Articles de la même catégorie