Chute des anges rebelles

Joost De Geest
07 février 2015

L’œuvre de Bruegel continue à fasciner le public et les créateurs. Et à y regarder de plus près, sa vie nous confronte avec la situation de l’art pendant une époque mouvementée de confrontation (politique) et d’innovation. La carrière de Bruegel démarre à Anvers, dans la célèbre librairie de Jérôme Cock, Aux Quatre Vents, pour laquelle il produisait de nombreuses gravures, d’après les tableaux de Jérôme Bosch et d'après ses propres dessins. Il avait reçu une formation dans l’atelier de Pierre Coecke Van Aelst, un des principaux artistes (peintre et créateur de multiples séries de tapisseries) à la cour de Charles Quint, à Bruxelles. La femme de celui-ci, Mayken Verhulst, dirigeait une maison d’édition ! Un fait exceptionnel au 16e siècle.

Le mariage de Bruegel avec Mayken Coecke à Bruxelles (à l’Eglise de la Chapelle) est peut-être révélateur de l’ambition du jeune artiste d’égaler, un jour, la gloire de Jérôme Bosch, artiste favori des Habsbourg. Un chef d’œuvre de Bosch (Jardin des Délices) se trouve d’ailleurs dans le palais du prince d’Orange (actuelle Bibliothèque royale). Il sera confisqué par le duc d'Albe (et se trouve aujourd'hui à Madrid).

Tine Luk Meganck révèle, dans cette étude novatrice, la dimension politique de l’art durant cette période troublée. Elle souligne l’opposition entre le prince d’Orange et le cardinal de Granvelle, dont le grand palais (qui fut l’ULB au 19e siècle !) se trouve sous la galerie Ravenstein. Selon Tine Luk Meganck, il n’est pas exclu que Granvelle ait acquis les Anges rebelles, plus moderne que Bosch. En profitant des découvertes de l’époque en matière de curiosités naturelles, Bruegel a interprété le reflet de la révolte contre l’ordre de droit divin de la dynastie des Habsbourg. Ce livre, qui paraît en coédition avec Silvana Editoriale, uniquement en anglais, révèle une dimension politique trop peu comprise de l’art flamand, pourtant si présente dans les cours impériales et royales de l’époque.

 

Pieter Bruegel the Elder, Fall of the Rebel Angels |Tine Luk Meganck | Silvana Editoriale, Royal Museums of Fine Arts of Belgium, Cahier 16 | Couverture reliée sous jaquette | 199 pages | 28 € | http://silvanaeditoriale.it/

 

Joost De Geest