Décès de l'artiste bruxellois Roger Dewint

Muriel de Crayencour
21 avril 2021

Nous apprenons le décès de Roger Dewint, le 15 avril 2021. Roger Dewint est né à Bruxelles le . Il était avant tout graveur à l’eau-forte, dessinateur et peintre figuratif. Il a été professeur honoraire de dessin et de gravure à l'Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles.

Dewint a étudié le dessin dans la classe de Paul Frognier et de Jean Ransy à l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles. Il découvre la gravure avec Robert Kayser à l’Académie de Watermael-Boitsfort. C’est dans cette même académie qu’il rencontre Roger Somville, avec qui il pratiquera la peinture monumentale

La couleur est réellement la particularité de son œuvre. Cette spécialité, il l’a acquise dans sa prime jeunesse avec son père, qui était entrepreneur en décoration et effectuait des travaux pour une clientèle exigeante. Cela se retrouve plus particulièrement dans son œuvre gravé. Pour imprimer une gravure, Dewint encre sa plaque avec toutes les couleurs en un seul passage. C’est la raison pour laquelle chaque tirage peut être légèrement différent. 

Plus de 80 expos personnelles sont à son actif ainsi que de très nombreuses participations à des biennales internationales. En 2001, une rétrospective a eu lieu au Centre de la Gravure et de l’Image imprimée de La Louvière.

Il a également illustré de nombreux auteurs, dont notamment : Laurent Berger, Ben Durant, Philippe JonesJacques VachéGeorg Trakl, Corinne HoexMichel Butor et Julien Gracq. Il a aussi illustré des Livres Pauvres des nombreux auteurs.

Depuis les années 1970, Roger Dewint a pris l’habitude de peindre à l’aquarelle les enveloppes (Mail Art) qu’il envoie à ses nombreux amis dans le monde. Ces enveloppes ont été exposées en Belgique et à l’étranger.

Sa dernière exposition a eu lieu à la Galerie Quadri en 2019.

fondation-roger-dewint.com

Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo, Marianne Belgique et M Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et sur la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.