Deux collections en dialogue

Muriel de Crayencour
11 juin 2019

Dans l'immense salle des guichets fraîchement rénovée de la Banque nationale de Belgique, dans le centre de Bruxelles, se tient l'exposition Building a Dialogue, présentant des œuvres de la collection de la banque, associées à des œuvres de la Deutsche Bundesbank.

C'est une première pour la Banque nationale de Belgique : présenter au grand public les œuvres de sa collection. La banque possède plus de 2000 œuvres d'art, principalement d'artistes belges, acquises au fil des années, et habituellement placées pour la plupart dans les bureaux et couloirs du bâtiment et réservées au regard des employés. Yves Randaxhe, commissaire de la collection, et Iris Cramer, responsable de la collection de la banque allemande, nous expliquent : "Lorsque les banques centrales allemande et belge, respectivement dans les années 1950 et 1970, ont pris la décision de commencer à collectionner, elles n'avaient aucune intention d'entrer dans un débat esthétique et sociologique sur les rapports entre l'art et la vie. (...) Pour les deux institutions, comme à l'époque pour bien d'autres entreprises que l'on qualifiait de mécènes, il s'agissait à la fois de démontrer leur engagement en faveur des artistes de leur pays et d'offrir à leurs collaborateurs l'opportunité de se frotter aux créations de leur temps. (...) Promouvoir la création artistique et faire en sorte que s'établissent de nouvelles formes de dialogue entre l'œuvre et le spectateur, tels ont été dès l'origine et jusqu'à aujourd'hui les principes conducteurs des collections d'art contemporain de la Deutsche Bundesbank et la Banque nationale de Belgique."

 

Six thématiques


L'exposition se déploie autour de six thèmes, sélectionnés par les deux commissaires, qui ont pris beaucoup de temps à proposer telle ou telle œuvre pour établir un dialogue fructueux. Et c'est une réussite, puisqu'on navigue dans les espaces, entre des œuvres d'artistes de toutes les nationalités, parfois reconnus, parfois moins, mais chaque fois avec des pièces de qualité. La première section, Art & Viewer, réservée au lien entre l'œuvre et le spectateur, démarre très justement avec Sweet blue d'Ann Veronica Janssens, sur la surface de laquelle se reflète la structure de la verrière et le ciel. Puis une série de photographies de Barbara Klemm, qui photographie les visiteurs admirant les œuvres dans les musées. Et Entassement de tableaux façon 1970, de Jacques Lizène, où l'artiste reproduit des dos de tableaux qui, mis ensemble, font une nouvelle œuvre, géométrique et narrative à la fois.

Back to Figuration est le second thème abordé, avec les formidables Walter Swennen, Sigmar Polke, A.R. Penck, ou, sur 4 mètres, Blütenzweig, ou Branche de sang, par Dieter Krieg, tracée à larges coups de brosse, présentant une texture d'une belle matérialité.

Ideas of Nature aborde le thème du paysage. Quel bonheur d'y retrouver Per Kirkeby, dont les paysages à la fois abstraits et naturalistes, composés de multiples couches, irradient densément d'une tentative de montrer la terre, l'humus, la roche... Mais aussi, Marie Jo Lafontaine, Helen Feitel...

Dans la section Cityscape, une grande photographie de Marie-Françoise Plissart, une vue multiple de Kinshasa, les clichés architecturaux de Christian Meynen, les collages au look moderniste de Frauke Dannert... Dans History & Society, un grand format de Sven 't Jolle, Bankrupt Composition, dans lequel il reprend sur des panneaux de bois récupérés les logos sans texte des banques qui ont fait faillite en 2008. On y voit aussi L'armoire, une exceptionnelle installation de Marianne Berenhaut, une artiste faisant partie de la collection de la Banque nationale de Belgique.

L'exposition, de très belle tenue, se termine avec Autonomous Form, avec des abstractions de Raoul
De Keyser, Jo Delahaut, Walter Leblanc et, pour la Deutsche Bundesbank, une grande toile brûlante de Rupprecht Geiger, rouge et orange. Ordonnées avec intelligence, toutes ces œuvres sont offertes au regard du public, jusque mi-septembre. A voir.

 

 

Building a Dialogue
Banque nationale de Belgique
3 bd de Berlaimont
1000 Bruxelles
Jusqu'au 15 septembre
Du lundi au samedi de 10h à 18h
https://www.nbb-expo.be/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo, Marianne Belgique et M Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et sur la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.