Dirk Eelen, archéologue des émotions

Muriel de Crayencour
21 novembre 2019

Husk Gallery vient d'ouvrir ses portes en septembre au Rivoli Building. C'est un projet de Ingrid Van Hecke, historienne d’art de la KU Louvain. On y découvre sa deuxième exposition, Fair encounters, un solo du peintre flamand Dirk Eelen.

Dirk Eelen (1974, Louvain) vit et travaille près de Louvain. Après avoir obtenu sa maîtrise en Archéologie à la KU Leuven, il a suivi sa passion pour la peinture en entreprenant des études artistiques à l’école supérieure Sint-Lukas à Bruxelles.  Sur de petits formats, il déroule deux séries de peintures. La découverte d'un vieux film 8 mm d'une kermesse scolaire flamande dans les archives familiales de son épouse, a constitué le point de départ d'une première série d'œuvres, Fair Encounters. En visionnant ce film, le peintre y découvre avec étonnement sa propre silhouette, enfant, dans l'entourage de celle dont il tombera amoureux bien plus tard. C'est un fantôme du passé qu'il aperçoit, ainsi que des traces de liens non encore noués. Le souvenir et la nostalgie sont les éléments récurrents des peintures d'Eelen. Comment ne pas y voir aussi son goût pour l'archéologie, qu'il a étudié ? Prenant des captures d'écran de ce petit film, il peint des scènettes qui se déroulent toutes dans une fête foraine. Un petit garçon glisse sur un toboggan, un autre joue à lancer une balle sur une pyramide de boîtes de conserve, une fillette tourne sur un tourniquet. Il travaille à l'huile, alla prima, chaque couche de couleur étant appliquée sur la précédente encore fraîche. Cette technique lui permet d'obtenir des textures floues, moelleuses, qui rappellent les images peu précises et un peu piquées des anciens films. Les tableaux installés en ligne sur les murs déroulent une narration saccadée, chaque peinture captant un instant oublié puis revenu à la mémoire par la grâce du pinceau de l'artiste. 

A l'étage, la deuxième série, Untitled, est basée sur un film documentaire dont l'artiste ne dit rien. S'y raconte une histoire sombre, cinématographique, que le visiteur peut interpréter comme il veut. Une narration silencieuse et troublante.

Dirk Eelen
Fair Encounters
Husk Gallery
Rivoli Building #12
690 chaussée de Waterloo
1180 Bruxelles
Jusqu'au 21 décembre
Du jeudi au samedi de 13h à 18h
https://www.huskgallery.com/

 

Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo, Marianne Belgique et M Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et sur la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.