Emmanuelle Leblanc, dès l'aube

Muriel de Crayencour
08 mars 2018

Archiraar possède deux espaces d'exposition dans le même immeuble. L'un est blanc, l'autre noir. Dans la White Box, les peintures d'Emmanuelle Leblanc vont du réalisme à l'abstraction, en un cheminement sensuel et méditatif.

Diplômée de l'Université d'Arts plastiques de Toulouse, Emmanuelle Leblanc (1977) maîtrise la peinture réaliste et descriptive. Dans la mouvance des artistes tels Tuymans, Borremans, Vanriet - pour ne citer que des Belges -, Leblanc continue à peindre le réel. Sur le côté droit de la galerie, les unes à la suite des autres, des petites peintures avec des fragments, des vues, à la manière d'un photographe.

En face, sur de très grands formats, la voilà qui migre vers l'abstraction. L'image a disparu, ne reste que la couleur, ou plutôt la lumière et comment est diffusée cette lumière, par la couleur. Comme une aube là, comme un crépuscule ici, ses variations chromatiques patientes et délicates nous obligent à plonger le regard dans ce vide à la fois dense et diaphane.

Au fond, une nouvelle proposition abstraite avec un dégradé qui démarre à la feuille d'or pour aller vers le presque noir. La couleur nous offre la sensation d'un moment qui se déroule, sans doute la nuit qui tombe, un coucher de soleil. La couleur transmet une sensation vaporeuse comme une brume de fin de journée, nous transportant dans un espace ressenti. Comme si nous étions assis dans l'herbe, un soir d'été. Le jour tombe doucement. Une légère humidité monte de l'herbe, emmenant avec elle les senteurs des plantes. Il commence à faire sombre et ce sombre transforme tout ce qui nous entoure. Le paysage commence à disparaître. On est doucement enveloppé par la pénombre. Nous baissons spontanément la voix, tout occupés que nous sommes à la contemplation de ce moment. C'est cet instant éphémère que nous offre Emmanuelle Leblanc. Une délicatesse.

 

Emmanuelle Leblanc
Lux continuum
Archiraar
31A rue de la Tulipe
1050 Bruxelles
Jusqu’au 17 mars
Du jeudi au samedi de 13h à 18h
www.archiraar.com

Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo, Marianne Belgique et M Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et sur la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.