Les méditations colorées de François Hinfray

Gilles Bechet
24 juin 2021

Artiste rare, François Hinfray expose à la Galerie Laurentin des compositions qui associent rigueur, intuitions et couleurs.

On peut sans fin tenter de décoder le travail de François Hinfray. Il y aura toujours quelque chose qui nous échappe. Il y en a toujours été ainsi de l'abstraction géométrique. On peut voir des formes, des couleurs, des motifs, mais au-delà de leur agencement, de leur dialogue, il y a cette part d'indicible, cette musique chromatique et formelle qui nous parle sans dictionnaire pour peu qu'on se donne le temps. François Hinfray vit en marge de la scène artistique.

Ingénieur de formation, il a mené une carrière dans la diplomatie, et dans le monde de l'entreprise. Sa pratique artistique est un jardin secret, son temps de pause. C'est dire qu'il n'a pas beaucoup exposé et que ce qu'il montre à la galerie Laurentin sera pour beaucoup une découverte. La première chose qui caresse l'oeil, c'est sans doute, le jeu des couleurs dans des associations inattendues. Les teintes ocre, sable et bleu se mêlent à des pastels acidulés dans les tons jaune ou vert. Les compositions occupent généralement tout l'espace sans chercher la symétrie. Le jeu de motifs et de bordures rappelle des périodes plus anciennes à l'inspiration plus ethnographique.

Au-delà de ses structures rigoureuses, il se détache de ses compositions une impression de respiration et de mouvement qui est celle de la main et des micro imperfections du geste. Si la gouache est sa technique privilégiée, elle emprunte parfois au pastel son velouté poudreux. Avec la maitrise technique de ceux qui travaillent lentement et minutieusement, François Hinfray peut faire contraster des aplats opaques à des zones de couleur plus poreuses.

Délaissant parfois la gouache, il s'essaye aussi avec bonheur au pastel, à l'encre et à la plume ou aux crayons de couleurs. Cette dernière technique lui permet de lumineux jeux de transparences comme dans des superpositions de fins tissus imprimés. Toujours en quête de la juste vibration colorée, il prépare généralement ses couleurs comme le musicien cherche la note au plus près de ses émotions. En grand perfectionniste, il profite d'un voyage au Japon pour se procurer un tube d'une marque locale au marron subtil. Et c'est au retour d'un séjour dans ce même pays qu'il a réalisé une impressionnante composition en 9 panneaux juxtaposés qui suggère une transposition de mouvement des astres. Pareils à des haïkus colorés de nos mouvements intérieurs.

 

François Hinfray
Galerie Laurentin
43 rue Ernest Allard 43
1000 Bruxelles
Jusqu’au 10 juillet 
Du mardi au samedi de 10h30 à 13h et de 14h à 18h30
www.galerie-laurentin.com

Gilles Bechet

Journaliste

Il n’imagine pas un monde sans art. Comment sinon refléter et traduire la beauté, la douceur, la sauvagerie et l’absurdité des mondes d’hier et d’aujourd’hui ? Écrire sur l’art est pour lui un plaisir autant qu’une nécessité. Journaliste indépendant, passionné et curieux de toutes les métamorphoses artistiques, il collabore également à Bruzz, Bazar Magazin et C!RQ en Capitale.