Liénard, l'incollable

Gilles Bechet
23 mars 2022

François Liénard expose chez Home Frit Home ses collages incongrus qui font un pied de nez au réel et à l'histoire de l'art. A voir jusqu'au 30 avril.

- Allo Robin, quelqu'un s'est introduit dans la batcave. Je sens qu'il y a quelque chose qui cloche mais je ne mets pas le doigt dessus.

- @ & @ & #

- Quoi ? Je ne t'entends pas bien, mon garçon. Il y a de la friture sur la ligne. C'est sûrement une tentative de déstabilisation. Mais oui la justice prévaudra et tous les scélérats finiront dans les cachots de Gotham. »

Pas plus que l'homme chauve-souris, personne ne s'attend à surprendre une casserole de moules dans le repère du justicier masqué. Tout le sel (on ne parlera pas de céleri) des images de François Liénard, c'est qu'on ne remarque pas toujours tout de suite le collage. Dans ses associations visuelles, il prend soin de respecter la logique de l'échelle et des plans pour obtenir un effet de réel qui perturbe le regard.

Au cours de ses trente années de pratique collagiste, l'artiste n'a pas modifié ses méthodes et ses ingrédients de base : une table, quelques cartouches de cartes postales et autres images, une paire de ciseaux et un peu de colle. Dans ses compositions, il n'y a rien de prémédité. A l'instinct, il bouge des éléments jusqu'au déclic. Francois Liénard s'inscrit dans la filiation du surréalisme comme de l'art outsider, qui sont tous deux d'abord des arts d'images, plus que de discours. Il revendique un art populaire dont on pourrait parler « comme on parle d'un match de foot », dit-il.

Professeur d'histoire de l'art et de l'analyse de l'image en académie, François Liénard n'a pas son pareil pour provoquer des rencontres improbables entre le monde de l'art et des personnages ou figures de la pop culture. On verra Bob et Bobette s'inviter chez Velasquez, Les Tuniques bleues chez Van Gogh, David Bowie chez Vermeer ou Magritte célébrer l'indépendance congolaise. En poète pratiquant, Francois Liénard, adepte de la microédition, a bien soupesé le poids des mots et le titre ses ses œuvres vient apporter un contrepoint ou une baguette pour mener la musique des associations d'idées. Un ciel lourd de moules au-dessus de l'Hôtel de Ville de Bruxelles devient Le grand atavisme, Le Tuba en feu de Magritte devant une mission congolaise résonne avec La déclaration d'indépendance, un Pierrot de Watteau infiltré parmi les supporters des Diables rouges sera L'exilé, les Tuniques bleues Blutch et Chesterfield dégainant devant la Maison du peuple de Horta se dressent pour La défense du patrimoine.

Sous-titrée Images d'un monde parfait, l'exposition de collages de François Liénard réinvente le monde avec humour pour y faire avenir tous les possibles. Une façon de pouvoir dire et imaginer : Et si ...

 

François Liénard
Belgicismes
Home Frit' Home
rue des Alliés 242
1090 Bruxelles
Jusqu’au 30 avril 
Chaque 1er week-end du mois
ou sur rendez-vous 0495230163
www.homefrithome.be

Gilles Bechet

Journaliste

Il n’imagine pas un monde sans art. Comment sinon refléter et traduire la beauté, la douceur, la sauvagerie et l’absurdité des mondes d’hier et d’aujourd’hui ? Écrire sur l’art est pour lui un plaisir autant qu’une nécessité. Journaliste indépendant, passionné et curieux de toutes les métamorphoses artistiques, il collabore également à Bruzz, Bazar Magazin et C!RQ en Capitale.

Newsletter
S'inscrire

Pour rester au courant de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Soutenir mu in the city
Faire un don

Faites un don pour soutenir notre magazine !