A l’ombre d’Antoine Mortier, ce géant

Gilles Bechet
12 décembre 2019

La Galerie Pierre Hallet au Sablon propose son accrochage d’hiver dominé par une sélection d’artistes belges modernes et contemporains. C'est à voir jusqu'au 30 décembre.

Les porteurs de croix, une œuvre d’Antoine Mortier remontant à 1952, attire tous les regards par la puissance de sa composition et par sa taille. Le large trait brossé qui s’inscrit dans le cadre combine dans l’espace la présence physique et la liberté du trait. L’imposante encre sur papier toilé est exemplaire des qualités de l’artiste belge, encore sous-évalué sur les marchés internationaux, même s’il bénéficie actuellement d’une exposition au Tsinghua Art Museum de Pékin.

Galeriste et marchand, Pierre Hallet ne se contente pas d’exposer et de vendre, il achète aussi les pièces qui excitent ses sens. Toujours à l’affût des salles de ventes ou des œuvres en attente d’un nouveau propriétaire. Pour cet accrochage d’hiver, il a créé un ensemble qui réunit pour l’essentiel des artistes belges de la génération moderne, qui cohabitent harmonieusement avec des contemporains. En vitrine, un autre pièce majeure, à savoir Le linge qui pend, une toile bruissante de couleurs retenues de Louis Van Lint. Bien vivant, Stefan De Jaeger, est présent avec une peinture sauvage et colorée. En tendant l’oreille on pourrait presque l’entendre rire de plaisir. Deux petits Georges Meurant ramènent le calme et la sérénité. Nicolas Alquin donne du volume avec Présence d’étoile, une sculpture de bois peint. Les traces de scie et de ciseau laissent sur la peau du bois des cicatrices régulières qui, avec les vestiges de peinture inscrites dans ses rainures, prennent une texture parcheminée. L’Américain James Brown marque sa présence avec ces deux toiles où surgit un visage brossé en quelques traits. Il y a dans ces têtes nées dans la couleur une force expressive qui convoque autant une écriture archaïque qu’une approche moderne d’un geste en quête de l’essentiel. L’artiste signe aussi une céramique en terre chamottée, tête primitive comme ramenée de la nuit des temps. Fidèle de la maison, Jaqueline Devreux inscrit la silhouette chatoyante et évanescente de Théo, une jeune femme en uniforme. D’autres œuvres sont encore à découvrir dans cet espace pas si grand. Et comme la météo, l’accrochage est changeant, sensible aux vents des envies.

à l’entour des porteurs
Galerie Pierre Hallet
33 rue Ernest Allard
1000 Bruxelles
Jusqu’au 30 décembre 2019
du mercredi au samedi de 14h30 à 18h30
www.galeriepierrehallet.com

Gilles Bechet

Journaliste

Il n’imagine pas un monde sans art. Comment sinon refléter et traduire la beauté, la douceur, la sauvagerie et l’absurdité des mondes d’hier et d’aujourd’hui ? Écrire sur l’art est pour lui un plaisir autant qu’une nécessité. Journaliste indépendant, passionné et curieux de toutes les métamorphoses artistiques, il collabore également à Bruzz, Bazar Magazin et C!RQ en Capitale.