Je me sens si éveillée

Muriel de Crayencour
22 septembre 2020

Deux Communes, deux commissaires d'exposition, dix artistes contemporaines, dix œuvres issues des collections du Musée d'Ixelles, voilà l'alléchant menu de l'exposition I Feel Really Awake à voir à la Maison du Peuple de Saint-Gilles dans le cadre des Parcours d'artistes de Saint-Gilles et Ixelles.

Faire vivre les collections d'un musée fermé est un fameux challenge. Relevé avec brio par la directrice du Musée d'Ixelles, Claire Leblanc, au fil d'expositions organisées en Belgique et à l'étranger. Pour I Feel Really Awake - phrase sortie de l'iconique film Thelma et Louise, deux communes voisines s'associent. Ainsi, Juliette Roussel, conseillère culturelle de la Commune de Saint-Gilles, et Claire Leblanc ont sélectionné dix artistes femmes (ou duos d'artistes) et les ont invitées à choisir dans les réserves du Musée d'Ixelles des portraits de femmes à mettre en dialogue avec leur propre travail. Au final, ce sont dix duos, dix valses de sens et de formes qui sont à voir, et c'est très réussi, malgré la difficulté d'accrochage dans un bâtiment aussi typé et contraignant que la Maison du Peuple de style Art nouveau. 

Mettre en avant les artistes femmes actuelles n'est pas anodin, alors que de nombreux mouvements All genders welcome fleurissent ici et là et que la place de l'artiste femme dans les collections des musées est une problématique soulevée depuis des décennies. On pense bien sûr au formidable travail des Guerrilla Girls, groupe d'artistes activistes féministes new-yorkaises, depuis 1985, rencontrées en 2018 dans l'exposition Résistance à la Centrale. Mais aussi au Max Mara Prize for Women artists, dont nous avons parlé de nombreuses fois, et à bien d'autres initiatives. L'expo I Feel Really Awake, ancrée dans la ville, se rattache sans rougir à ces nombreuses initiatives.  

Au premier étage, le portrait en robe d'intérieur brodée d'une femme par Constantin Meunier vibre au contact du dessin d'Annabelle Guetatra, deux intimités, l'une de l'intérieur d'une maison bourgeoise, l'autre d'un ventre, peuplé de chimères. Une toile de Sophie Kuijken s'adosse à une grande peinture de Paul Delvaux : ici les femmes nues si reconnaissables de l'artiste bruxellois, là, le portrait d'un homme presque nu, troublant et étrange, la patte de Kuijken. 

Plus loin, précieuse valse entre deux peintures, celle si graphique et réaliste de Maya Gold, une femme en maillot de bain, avec la brosse libre et impressionniste d'Isidore Verheyden, représentant quelques nageurs nus dans une eau verte. 

Dans le vaste espace de la salle des fêtes, on est happé par la grande peinture de Charles Hermans, montrant quatre petites filles en robe de dentelle, nœuds dans les cheveux, chaussures en satin de soie. Dansant au même rythme, les Princesses, sculptures absolument démentes en fil de chanvre d'Elodie Antoine, accrochées au plafond, racontent elles aussi quelque chose de la féminité, de l'art de la toilette, du ruban bien noué et de la coquetterie, poussés jusqu'à l'étrangeté par cette dernière. Les émouvants Gisants Inconnus de Lucile Bertrand sont posés au pied d'une remarquable toile d'Alfred Stevens montrant des femmes en habit de deuil. Deux manières intenses de travailler le noir pour parler de la perte et du deuil.

Avec aussi Manon Bara, France Dubois & Tamar Kasparian, Clémence Grutering, Anne De Gelas. A voir jusqu'au 25 octobre. 

I Feel Really Awake
Maison du Peuple 
37 parvis Saint-Gilles
1060 Bruxelles
Jusqu'au 25 octobre
Du mardi au dimanche de 14h à 18h
www.parcoursdartistes.be

Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo, Marianne Belgique et M Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et sur la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.