Dans les miroirs de la multiphotographie

Gilles Bechet
28 mars 2023

Dans Jeux américains, l'Atelier 34zéro exhume des multiphotographies, un procédé en vogue au tournant du 20e siècle. Une bouffée de poésie brute surgie de temps oubliés. Jusqu'au 4 juin.

En 1893, l'inventeur américain Henry P. Ranger a déposé un brevet pour un Miroir utilisé en photographie. C'était un dispositif composé de deux miroirs ajustables disposés en angle, qui permettait d'intégrer jusqu'à six reflets d'une même personne dans une prise de vue. L'effet était saisissant. Le modèle se retrouvait en conversation avec six sosies pris sous des angles différents. Le procédé fut rapidement adopté par divers studios de photographie, aux Etats-Unis d'abord, puis en Europe.

De la fin du 19e siècle jusqu'aux années 1920, on se rendait chez le photographe pour se faire tirer le portrait en multiphotographies, souvent reproduites en cartes postales, qui étaient envoyées aux proches ou à des amis. À cette époque, rares étaient ceux qui considéraient la photographie comme un art et les multiphotographies n'étaient qu'un amusant gadget de plus qui tomba progressivement en désuétude.


Images agrandies

Séduit et intrigué par la magie qui se dégage de ces images d'un autre temps, l'artiste et photographe polonais Stefan Okolowicz écuma les marchés aux puces et autres antiquaires et brocanteurs pour rassembler une impressionnante collection qui fait l'objet d'une exposition à l'Atelier 34zéro à Jette. Le curateur et maître des lieux, Wodek, a eu la bonne idée d'agrandir les images, pénalisées par leurs petits formats.

De salle en salle, dans le dédale de cet ancien bâtiment industriel, les images agrandies au mètre sont accrochées à hauteur d'homme, tandis que les originaux sont couchés côte à côte dans des vitrines. Quelques images sont même agrandies sur des bâches à un spectaculaire format d'affiche 20 m2 pour accueillir le visiteur à l'extérieur et dans le garage au cœur de la galerie. Les images, forcément assez répétitives - il n'y a pas de décor, si ce n'est parfois une table -, sont réparties par thèmes, enfants, hommes, femmes, hommes aux chapeaux les plus divers, militaires et personnes en uniforme.


Poésie brute

On ne s'étonnera pas que ce procédé d'illusion optique ait séduit des artistes. On trouvera donc dans une salle les multiphotographies de Marcel Duchamp, Francis Picabia ou Henri-Pierre Roché ou du peintre, dramaturge et théoricien du théâtre Stanislaw Ignacy Witkiewicz en uniforme tsariste. L'exposition se complète par une autre série de photos multiples au décor plus recherché qui ne reposent pas sur le procédé de Ranger mais plutôt sur des truquages à la prise de vue, permettant d'intégrer dans un même cliché une personne et son sosie dans des poses différentes et un décor plus recherché. Parmi ces images qui visent un effet comique, on surprend Toulouse-Lautrec posant pour lui-même, le sobre et son double alcoolique, la photographe et son modèle. On verra enfin quelques divertissements photographiques, tels qu'ils étaient proposés à la foire où l'on pouvait embarquer en automobile, en montgolfière ou en aéroplane sans bouger du plancher des vaches.

Peu étudiées et peu présentes dans les collections muséales, ces multiphotographies dégagent, au-delà de leur intérêt historique, une poésie brute qui tient sans doute à la rafraîchissante simplicité des modèles. Généralement anonymes, ils posaient au naturel sans autre effet que cette démultiplication, qui saisit peut-être sans le vouloir la multiplicité de l'âme humaine.

Multiphotographs
Jeux américains
Atelier 34zéro Muzeum
drève de Rivieren 334
1090 Bruxelles
Jusqu'au 4 juin
Tous les jours de 11h à 19h
www.atelier34zero.be

Gilles Bechet

Rédacteur en chef

Il n’imagine pas un monde sans art. Comment sinon refléter et traduire la beauté, la douceur, la sauvagerie et l’absurdité des mondes d’hier et d’aujourd’hui ? Écrire sur l’art est pour lui un plaisir autant qu’une nécessité. Journaliste indépendant, passionné et curieux de toutes les métamorphoses artistiques, il collabore également à Bruzz et COLLECT