La fragile croisade de Wael Shawky

Gilles Bechet
20 mai 2022

Wael Shawky, un des artistes majeurs de la scène contemporaine dans les pays arabophones, expose pour la première fois en Belgique au M Museum à Louvain. Son œuvre protéïforme opère des allers et retours entre l'histoire et le présent à travers des thèmes comme l'identité, la migration et la transformation sociale.

Est-ce une citadelle, un mausolée, une sculpture ? L'impressionnante et mystérieuse installation que Wael Shawky a réalisée in situ pour son exposition au musée M de Louvain intrigue parce qu'elle défie les sens et l'espace. Dans cette pièce aux murs roses se détache une construction d'épaisses murailles couvertes de graphite noir scintillant qui se prolongent par des tissus tendus rappelant la tente berbère. Cette sculpture monumentale fait partie de la série polymorphe The Gulf Project Camp, où l'artiste égyptien, né à Alexandrie et qui a grandi à La Mecque, s'intéresse à l'histoire de la péninsule arabique et à la transition d'une société nomade née dans le désert vers une société qui a basculé dans la modernité et la sédentarité avec la découverte et l'exploitation de l'or noir.


L'imaginaire et la fiction se mêlent à l'histoire

Avec son projet Cabaret Crusades, Wael Shawky raconte les croisades sous une autre perspective, celle des populations arabes. Cela prend la forme d'une série de trois films d'animation en stop motion, dont le troisième volet constitue le cœur de l'exposition. Pour raconter cette fresque épique, l'artiste anime des marionnettes. « Il n'y a aucune tradition de marionnettes dans les pays arabes, j'aurais bien aimé, mais je n'en ai pas trouvé. Les marionnettes nous renvoient à l'idée de manipulation inhérente au récit historique. En fait, je ne crois pas à l'histoire, c'est pour cela que je ne fais pas de documentaires. »

La quatrième croisade, qui donne le contexte au film, est partie de Venise en 1202, ce qui a donné à l'artiste l'idée de travailler avec des marionnettes en verre de Murano. « Je voulais éviter de donner aux personnages un côté kitsch ou cheap, et je me suis inspiré d'une tradition différente, celle des masques africains du Metropolitan Museum. J'aime aussi beaucoup le verre parce que cela renvoie à l'idée de fragilité. En préparant ce film, je me suis souvenu de L'Evangile selon Jésus-Christ, de José Saramago, que j'avais lu pendant ma jeunesse. Dans le roman, Jésus s'adresse à Dieu pour lui demander pourquoi il a fait les hommes si fragiles. On peut accomplir des choses fantastiques, mais on peut aussi se briser en un instant. »

A côté de ses merveilleuses marionnettes, l'artiste poursuit sa réflexion sur l'univers des Croisades, sur les migrations et la transformation des sociétés, dans une série d'aquarelles et de bas-reliefs en bois. Entre les Contes des Mille et Une Nuits et l'heroic fantasy, l'imaginaire et la fiction se mêlent à l'histoire. Des créatures gigantesques au cou couvert d'écailles s'embrassent par-dessus les remparts, où s'affrontent des nuées de combattants en armes. Et des princesses racontent des histoires à des dragons très attentifs.


Complexe et immédiat

Retour à notre présent avec The Cave, une performance filmée où l'artiste arpente les allées d'un supermarché à Amsterdam en récitant à voix haute devant des clients indifférents ou légèrement ébahis une sourate du Coran. Dans ce texte, plusieurs hommes échappent à un tyran en se réfugiant dans une grotte où ils dorment pendant 309 ans en attendant l'arrivée d'un meilleur souverain.

Pour Shawky, cette pause à travers le temps est une forme de migration. L'exposition s'achève dans la dernière salle sous les combles, où l'artiste a réalisé une autre œuvre in situ. Inspirée par la vue des toits de Louvain que l'on peut admirer par-delà la baie vitrée, il a créé un paysage imaginaire et futuriste fait de volumes abstraits couverts d'une matière asphaltée.

Complexe et immédiat, le travail de Wael Shawky est aussi politique dans son regard sur l'histoire et sur le présent. L'artiste, qui partage sa vie entre Philadelphie et Alexandrie, où il a ouvert une école d'art, refuse d'exposer dans son pays depuis la révolution de la place Tahrir en 2011. « Si en tant qu'artiste, vous n'avez pas clairement le droit de contester le régime, vous cherchez un langage où tout peut être dit mais de manière plus subtile et détournée. »

 

Wael Shawky
Dry Culture Wet Culture
M Museum,
28 Leopold Vanderkelenstraat,
3000 Louvain
Jusqu’au 28 août 
Du vendredi au mardi de 11h00 à 18h00
et le jeudi de de 11h00 à 22h00
www.mleuven.be

Gilles Bechet

Journaliste

Il n’imagine pas un monde sans art. Comment sinon refléter et traduire la beauté, la douceur, la sauvagerie et l’absurdité des mondes d’hier et d’aujourd’hui ? Écrire sur l’art est pour lui un plaisir autant qu’une nécessité. Journaliste indépendant, passionné et curieux de toutes les métamorphoses artistiques, il collabore également à Bruzz, Bazar Magazin et C!RQ en Capitale.

Newsletter
S'inscrire

Pour rester au courant de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Soutenir mu in the city
Faire un don

Faites un don pour soutenir notre magazine !