La Louvière et le Centre démasqués

Muriel de Crayencour
21 janvier 2014
C’est la 9ème  biennale ARTour qui démarre ce week-end à La Louvière et dans la région du Centre. Musées, sites, édifices remarquables ou espaces publics accueillent un ensemble d'expositions et d'installations d’art contemporain. Cette année, c’est sur le thème des Métamorphoses, inspiré par les collections du Musée International du Carnaval et du Masque de Binche, que les expositions sont bâties.

Objet exceptionnel de métamorphose, le masque appartient au domaine du paraître, il montre plus qu'il ne dissimule. En transformant son image, l'homme masqué devient l'autre, l'animal, le dieu, la mort ou la fête. Dans un registre proche ou complémentaire, le corps habillé se modifie, couvert de dentelles ou de peaux de bêtes.

Des tentatives d'explication du monde, des légendes grecques aux mondes digitaux, la thématique des métamorphoses traverse les époques et les civilisations. Masques ou accoutrements, allusions mythologiques, allégories, formes en devenir ou figures hybrides composent les différentes expositions dont le fil rouge évoque la transformation ou les étapes de la modification d'un état. Du loup au rocher, du crapaud au prince, de l'homme à l'âne, du clone au cyborg, de la belle à la bête à l'homme ou inversement, les transformations se combinent à l'infini, pour notre plus grand plaisir.

On pointe les dessins en reliefs de Frédéric Penelle qu’on avait pu voir en installation à l’Iselp mais aussi à Slick en avril, installés au Château Gilson. Les ondulantes céramiques de grande taille de Clémence Van Lunen, accueillies avec à propos au milieu des pièces antiques du Musée de Mariemont. Des céramiques qui ne sont pas sans rappeler les œuvres de Yayoi Kusama.

Au Musée du Masque et du Carnaval, on découvre l’humour ravageur de Coco Fronsac, avec ses photographies anciennes. Les visages y sont garnis d’un masque en rehaut, transformant les personnages en étranges oiseaux.  Au Centre de la Gravure et de l’Image Imprimée de La Louvière, c’est HELIO gravures, une exposition portant sur un procédé particulier, l'héliogravure, considérée comme le plus beau mode d’impression d’images photographiques avec ses nuances chromatiques subtiles et veloutées, que l'Atelier de gravure de Moutier a développé depuis 1996.

Notons encore le site minier du Bois du Luc, un lieu industriel remarquable protégé par l’Unesco, qui mérite une visite à lui seul. Y est invitée l’artiste Sylvie Pichrist, qui y réalisera des installations. Un large bouquet de propositions en art contemporain mais aussi en patrimoine architectural, à déguster jusque fin août.
ARTour 2013

 

Paru en juin 2013 dans L'Echo

Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo, Marianne Belgique et M Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et sur la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.