Le jardin des délices de Robberto et Milena Atzori

Gilles Bechet
28 avril 2022

En sculpture, dessin et par une expérience immersive, Robberto et Milena Atzori, couple d'artistes italiens, nous invitent dans un monde coloré où tout est possible.

De l'enfermement peut naître la lumière. Quand la réalité s'efface, il est temps d'en reconstruire une autre. C'est en plein confinement que Robberto et Milena Atzori ont commencé à regarder autrement le Jardin des délices de Jérôme Bosch. « C'est une œuvre charnière qui traduit un moment symboliquement important de l'histoire humaine. C'est celui où l'harmonie régnait encore entre les hommes et les autres espèces vivantes avant de basculer dans les conflits et dans l'envie », souligne Milena.

Depuis 2017, la pratique du couple d'artistes italiens combine dessin, peinture, sculpture et broderie. Coincés dans leur appartement, ils avaient besoin de créer un monde nouveau, sans barrière ni préjugé. Ils ont donné à ce projet le titre Hypnagogie, c'est-à-dire la dernière étape avant le sommeil, ce moment où la veille vacille, où la raison lève les voiles et où l'imaginaire se mêle au réel. « C'est un moment où on est prêt à changer les fausses certitudes et écouter les multiples personnalités qui nous habitent. Et l'esprit peut se laisser aller à de nouvelles associations. »

Tout a commencé par une série de dessins et aquarelles aux teintes sucrées et pastel, des bonbons pour les yeux. Un nouveau monde sans les blessures de l'ancien. Les êtres humains n'y font qu'un avec les plantes et les animaux. Ces dessins, comme les sculptures qui s'en inspirent, sont très colorés. « On voulait investiguer les perceptions immédiates que nous procurent les couleurs, le sentiment de plénitude devant un coucher de soleil. Pour beaucoup d'animaux, le langage des couleurs est déterminant. »

De là sont venues les sculptures en tissus rembourrés et teintés. « On a pris le contrepied des sculptures habituelles qui commencent par une structure. Chez nous, c'est le textile qui dicte la structure. » Les créatures organiques créent un monde halluciné où les plantes ressemblent à des animaux et vice versa. Avec leurs longs bras qui s'enroulent comme des écharpes et leurs jambes désarticulées, les personnages humanoïdes peuvent prendre des poses inattendues. Un regard attentif permet aussi de découvrir sur leur peau de tissu des tatouages en broderie. « On voulait une exposition surchargée, baroque, pour que le visiteur soit submergé par ce qui l'entoure en gardant aux personnages leur taille humaine », précise Robberto.

Au bout d'un petit escalier se niche un espace immersif où le duo invite le spectateur à percevoir autrement son travail. Presque tous les sens sont sollicités, la vue, le toucher, l'ouïe et l'odorat. Quelques formes blanches se prélassent sur un tapis moelleux en attendant d'être manipulées. Toute la pièce baigne dans une lumière ambiante colorée. Sur le mur du fond, une vidéo abstraite joue avec les couleurs avec la lenteur d'une respiration. Une bande son électronique et un parfum d'ambiance aux fraîcheurs florales achèvent de couper les derniers liens avec le monde réel et le monde d'en haut. Mais à un moment, il faudra bien remonter.

 

Robberto & Milena Atzori
Hypnagogie
Kult XL Ateliers
23 rue Wiertz
1050 Bruxelles
Jusqu'au 22 mai 22
Ouvert le mardi de 14à 18h
Jeudi et vendredi de 12h à 19h
Samedi et dimanche de 11h à 18h
www.robbertomilena.com

 

Gilles Bechet

Journaliste

Il n’imagine pas un monde sans art. Comment sinon refléter et traduire la beauté, la douceur, la sauvagerie et l’absurdité des mondes d’hier et d’aujourd’hui ? Écrire sur l’art est pour lui un plaisir autant qu’une nécessité. Journaliste indépendant, passionné et curieux de toutes les métamorphoses artistiques, il collabore également à Bruzz, Bazar Magazin et C!RQ en Capitale.

Newsletter
S'inscrire

Pour rester au courant de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Soutenir mu in the city
Faire un don

Faites un don pour soutenir notre magazine !