Les fresques de Boscoreale, trésors classés de la FWB

22 juillet 2020

La ministre de la Culture, Bénédicte Linard, vient de classer sept nouvelles œuvres remarquables du patrimoine culturel mobilier de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Parmi celles-ci figurent les fresques de Boscoreale, présentes dans les collections du Musée royal de Mariemont et ayant fait l'objet dune récente et spectaculaire restauration. Ces huit panneaux, découverts près de Pompéi entre 1899 et 1902, pourront bientôt être admirés dans une toute nouvelle scénographie au Musée royal de Mariemont.


A propos des fresques

En 79 après J.-C., l'éruption du Vésuve engloutit les cités antiques de Pompéi et d'Herculanum sous une couche de cendres et de matériaux volcaniques. Toute la région entourant le volcan, au sud, à l'est et à l'ouest, disparaît pour des siècles dans l'ombre et le silence. Ce n'est qu'à partir de 1738 que commencera la redécouverte progressive des vestiges antiques. Au cours des années 1899-1902, une villa exceptionnellement bien préservée, décorée de fresques emblématiques du 2e style pompéien, est mise au jour à Boscoreale, au nord de Pompéi.

Les fresques en question firent l'objet d'une vente publique, à Paris, le 8 juin 1903. Raoul Warocqué, l'éminent industriel belge, en acquit pas moins de huit panneaux qu'il légua, avec le reste de sa collection, à l'État belge en 1917. Il ignorait alors que cet achat positionnerait ultérieurement le Musée royal de Mariemont, vitrine de son legs, comme le dépositaire de l'ensemble le plus important du genre conservé en dehors de l'Italie.

Les autres fresques de la villa ont été dispersées à travers le monde : Naples (Museo Archeologico Nazionale), Paris (Musée du Louvre), New York (Metropolitan Museum of Art), Bruxelles (Musées royaux d'Art et d'Histoire), Amsterdam (Allard Pierson Museum), Amiens (Musée de Picardie), Beaulieu-sur-Mer (Villa Kérylos).

En 2010, le Musée royal de Mariemont leur consacra un colloque international qui réunit les meilleurs spécialistes de la peinture romaine antique et les conservateurs des fresques de la villa de Boscoreale. Ces recherches ont été publiées peu après en un double volume intitulé La Villa romaine de Boscoreale et ses fresques. Publié sous la houlette d'Alix Barbet et d'Annie Verbanck-Piérard, avec la collaboration d'Eva Dubois-Pelerin et François Ory (Arles Mariemont 2013), l'ouvrage fait office de référence scientifique sur le sujet et propose notamment une reconstitution graphique de toutes les pièces de la villa. Cette publication a contribué à souligner l'importance de faire restaurer les peintures murales romaines de Mariemont.


Sept œuvres remarquables

Le décret du 11 juillet 2002 permet de classer comme Trésor les biens qui présentent un intérêt notable pour la Fédération Wallonie-Bruxelles. Cette reconnaissance permet de mettre en valeur et de protéger les fleurons de notre patrimoine artistique et culturel. Outre leur mise en valeur, cette reconnaissance permet surtout de mieux protéger et valoriser les œuvres, d'aider à leur restauration ou d'empêcher qu'elles soient vendues à l'étranger.

Liste des sept œuvres classées le 7 juillet 2020 :

- Crucifixion, Jean-Guillaume Carlier ;

- Apamè usurpe la couronne du roi ou Les Quatre Pouvoirs, Hendrick Goltzius ;

- Aigle-lutrin ;

- Pendule squelette de Sarton ;

- Huit fresques, Villa Boscoréale dite « de Publius Fannius Synistor » ;

- Fusil d'infanterie hollandaise perdu sur le champ de bataille de Fontenoy le 11 mai 1745 ;

- Ensemble de quatre objets de Théodore Schwann relatifs aux appareils respiratoires.