Les lauréats du Prix Liliane Bettencourt sont connus

09 octobre 2019
Jeremy Maxwell Wintrebert, Talent d'exception 2019, Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main

La remise des Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main qui veut récompenser le talent créatif, la passion et la diversité des artisans d’aujourd’hui a eu lieu le 3 octobre. Arrivé à sa 20e édition, le Prix est devenu un véritable tremplin pour la carrière des lauréats et contribue au rayonnement des métiers d’art en France comme à l’étranger.

L’édition 2019 - 2020 du Prix Liliane Bettencourt a récompensé trois artisans pour leur maîtrise d’un savoir-faire séculaire, la force de l’innovation et l’excellence technique.


Avec ces trois nouveaux lauréats, la famille des artisans primés rassemble désormais 110 hommes et femmes de talent et plus de 50 savoir-faire d’excellence. Le jury international qui se réunit pour choisir les lauréats a été présidé pour la troisième fois par Jean de Loisy et était composé de Chris Dercon (président de la Réunion des Musées nationaux Grand-Palais), Pierre Hermé (pâtissier), Didier Krzentowski (galeriste), Michele De Lucchi (architecte et designer), Catherine Pégard (Présidente de l’établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles), Nelly Saunier (plumassière) et Hala Wardé (architecte).

C’est Jeremy Maxwell Wintrebert, souffleur de verre à la bouche et à main levée, qui a été récompensé comme talent d’exception 2019 pour The Beginning : Dark Matter


Ludwig Vogelgesang, ébéniste et maître d’art, André Fontes et Guillaume Lehoux, designers du Studio Noir Vif, ont reçu le prix Dialogue pour Argo, un berceau conçu comme une cage de Faraday pour protéger les nouveau-nés des ondes électromagnétiques. L’institut de formation et de recherche pour les artisanats des métaux (IFRAM) a été récompensé du prix Parcours. L’IFRAM est une association née en 2001 et basée à Rouen qui arrive à revitaliser l’univers des métiers de la forge et du métal.

Dès le 16 octobre et jusqu'au 16 novembre, l'expo des lauréats, L’esprit commence et finit au bout des doigts, pensée par Laurent de Bon, sera visible Palais de Tokyo.