Il y a du Marcel dans l'art

Gilles Bechet
03 juin 2023

Au Botanique, le couple R. Patt présente sa singulière collection où des œuvres historiques des Marcel - Mariën, Broodthaers et Ducham - dialoguent avec des artistes contemporains. Jusqu'au 30 juillet.


Comme la chanson française a ses Michel, l'art moderne a ses Marcel. Marcel Duchamp, Marcel Mariën et Marcel Broodthaers. Ce qui ne pouvait qu'attirer l'attention d'un collectionneur séduit par ces hasards déguisés en coïncidences. R. Patt n'est pas un collectionneur comme les autres. D'abord, ils sont deux, Serge et Chantal. Ensuite, ils ont un profil atypique, puisque lui exerce la profession d'élagueur-jardinier et elle celle de gardienne d'enfants. Si Serge a commencé à collectionner depuis tout jeune des jouets, des boîtes d'allumettes et des cailloux, c'est en traversant les maisons des clients pour accéder au jardin qu'il a commencé à voir des « choses », comme il dit. Des œuvres d'art qui ont éveillé son regard. Son premier Marcel, c'était Mariën, qu'il y a une vingtaine d'années, on pouvait acheter pour un prix très raisonnable en salle des ventes, ou chez certains brocanteurs. Il a ainsi accumulé de manière compulsive une collection d'œuvres et de documents à ne plus savoir qu'en faire. Les Broodthaers et les Duchamp sont arrivés progressivement, apportant avec eux l'idée de collection qui s'est complétée par des œuvres d'artistes contemporains.


Association libre

Les Marcel est une exposition paradoxale. Les pièces historiques y dialoguent dans un jeu de pistes et de correspondances avec celles d'artistes contemporains. À la fois savante, car les références plus ou moins évidentes aux œuvres des Marcel abondent, et en même temps complètement intuitive et émotionnelle, car l'accrochage, en association libre, obéit à une logique propre aux deux collectionneurs et est uniquement guidée par le plaisir de cohabiter avec ces œuvres. La photo reprise pour l'affiche de l'expo, par exemple, est signée Christophe Terlinden, qui a photographié Serge arborant une tonsure en étoile, similaire à celle de Duchamp sur une photo de Man Ray. R. Patt, leur nom de collectionneur, est lui inspiré de R. Mutt, pseudonyme adopté par Duchamp pour signer sa fontaine ready-made.

La personnalité de Duchamp était telle qu'il a suscité un nombre impressionnant d'hommages ou de citations plus ou moins humoristiques. Ça va d'un Walter Swenen - qui y va franco avec son « Marcel Duchamp est un con » - à ce personnage jouet avec un urinoir sur la tête, ce carrelage « style Delft » de Marc Rossignol avec deux personnages 17e qui se disputent un urinoir, ou tout simplement ce gobelet pour une chaîne de cafés où Marcel est écrit au feutre noir. Quand il y a de l'humour, c'est un humour léger et poétique, plus que potache. Et puis cette approche de la citation cadre parfaitement avec l'interrogation de Duchamp sur le statut de l'œuvre d'art.


Un artiste discret

Aux trois Marcel « historiques » s'ajoute un quatrième, Marcel Vandeweyer, toujours bien vivant celui-là. Un artiste discret qui pratique des collages d'images ou d'objets d'inspiration surréaliste. « On l'a rencontré à une terrasse de café et il nous a invités chez lui, où on a découvert une vraie caverne d'Ali Baba. Je lui ai acheté quelques pièces et on a sympathisé »,  raconte Serge. Dans l'interview qui figure dans le catalogue, Chantal raconte aussi que le couple a souvent confié à Marcel Vandeweyer les jouets cassés des enfants, dont il prélevait quelques débris avec lesquels il composait des boîtes.

On peut voir Les Marcel comme un jeu de piste ludique et mental de la collection des R. Patt, pour qui l'art est d'abord source d'émotion, d'interpellation et d'enthousiasme. Pas besoin pour en profiter d'avoir potassé son petit Marcel de A à Z, même si ça aide.

Les Marcel
Collection R.Patt
Le Botanique Museum
236 rue Royale
1000 Bruxelles
Jusqu'au 30 juillet
Du mercredi au dimanche de 12h à 20h
www.botanique.be

Gilles Bechet

Rédacteur en chef

Il n’imagine pas un monde sans art. Comment sinon refléter et traduire la beauté, la douceur, la sauvagerie et l’absurdité des mondes d’hier et d’aujourd’hui ? Écrire sur l’art est pour lui un plaisir autant qu’une nécessité. Journaliste indépendant, passionné et curieux de toutes les métamorphoses artistiques, il collabore également à Bruzz et COLLECT

Articles de la même catégorie