Les vanités de Deroubaix font valser le temps

Mylène Mistre-Schaal
09 décembre 2021

Avec Somewhere in Time, Damien Deroubaix déroule une mixtape visuelle où les références et les techniques s’hybrident sans concessions. En mêlant une série d’huiles sur toile à de saisissants frottages, la Galerie Nosbaum Reding propose une plongée monographique plutôt exhaustive dans les œuvres récentes de l’artiste français.


Huiles essentielles

Véritables énigmes visuelles, les toiles de Damien Deroubaix mêlent les références avec un plaisir non dissimulé. Squelettes médiévaux, fétiches, divinités mythologiques, yeux solitaires ou chauves-souris battant les murs font partie du répertoire de signes de l’artiste français, né à Lille et installé à Paris. Un univers que l’on avait déjà pu fréquenter à la Louvière (2017), le temps d’une expo qui disait toute la force expressive (si ce n’est expressionniste) de son travail de graveur. A Bruxelles, l’alliance de la peinture à l’huile, du collage et de la gravure sont toujours au service d’un monde chaotique en techniques mixtes, inquiétant et fascinant à la fois.

Sur les cimaises de la Nosbaum Reding Gallery Brussels, plusieurs des œuvres de Deroubaix ont basculé en dessous du niveau de la mer. S’y déploie un bestiaire tentaculaire où poulpes, méduses, serpents et poissons semblent vouloir retenir le temps. Dans Time, une huile de 2021, une pieuvre lutte avec un squelette dans une étrange danse macabre. Plus loin, Life capte l’aura translucide d’une méduse en pleine nage, qui de tous ses tentacules clame la vie. Evocations aquatiques de notre monde en perdition ? Références angoissées au temps perdu qui ne se rattrape plus ?

Fidèle à ses sujets de prédilection, Deroubaix propose des toiles qui flirtent avec la magie noire (Sabbath, dont le bouc est inspiré d’un tattoo), dégagent une forme de spleen (Melancholia VII et Melancholia IV) et quelques visions crépusculaires rehaussées d’un bleu vibrant (Time is on my side ou le superbe Justice for All). Autant de vanités porteuses d’une lumière singulière, troublantes mais jamais défaitistes, à l’image de cette toile inspirée par les chairs crues du Bœuf écorché de Rembrandt (Etude One), réveillées par l’éclat coloré d’un arc en ciel.


Incantations mythologiques 

Au sous-sol, l’accent est porté sur un ensemble de frottages à la présence plus brute où se croisent dieux et démons. Les références antiques, préhistoriques parfois, forment un répertoire visuel presque ésotérique qui puise sa force dans les récits des origines. Les courbes d’une Vénus Paléolithique (Mutti), des motifs inspirés par l’Artémis d’Ephèse (Apolonia), un serpent ailé et autres métamorphoses (Les métamorphoses, petit format daté de 2021) s’y entremêlent.

Autant d’œuvres sur papier qui permettent de mieux appréhender le travail du Deroubaix graveur, qui puise sa force dans l’expressionnisme germanique et dégage une physicalité plus immédiate. Plus que la gravure, ce sont les matrices, planches de bois gravées utilisées pour l’impression d’une estampe, qui font œuvre. Révélés par le graphite, elles disent la matérialité du bois, laissent voir veinures, entailles et la rugosité physique du burin. C’est par le frottage que jaillit le charisme étrange de Tityos (2021), géant hiératique dont la chair évoque un tronc d’arbre magnifiquement rongé par quelque xylophage ou qu’apparaît la délicatesse d’un plumage (Quetzalcóatl, 2021). Expo cathartique, Somewhere in time dit la force de l’oxymore et prédit un futur contrasté, capable du pire comme du meilleur.

Damien Deroubaix
Somewhere in Time
Nosbaum Reding 
rue de la Concorde, 60A
1050 Bruxelles
Jusqu’au 23 janvier 2022
Du mercredi au samedi de 11h à 19h
www.nosbaumreding.com

 

Mylène Mistre-Schaal

Journaliste

Historienne de l’art avec un goût prononcé pour l’art contemporain, Mylène Mistre-Schaal est collaboratrice régulière pour le magazine culturel Novo. Elle écrit également pour le city-magazine français ZUT et pour la revue Hermès. Co-autrice du livre L’Emprise des Sens aux éditions Hazan, elle s’intéresse tout particulièrement aux rapports sans cesse renouvelés entre l’art et les cinq sens. 

 

Newsletter
S'inscrire

Pour rester au courant de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Soutenir mu in the city
Faire un don

Faites un don pour soutenir notre magazine !