Les anges de Marie-Jo Lafontaine

Caroline Roure
27 mai 2021

La Belgian Gallery, qui vient d’ouvrir un espace à Bruxelles, signe l’exposition Tout ange est terrible de l’artiste belge Marie-Jo Lafontaine. C'est aussi le titre d’un livre que la photographe publie à La Lettre volée et qui retrace sa carrière artistique en passant en revue son travail sculptural, photographique, pictural et vidéo. 

Marie-Jo Lafontaine est une artiste protéiforme qui travaille avec des moyens d’expression aussi divers que la tapisserie, la vidéo, la sculpture, la peinture et la photographie. Au début de sa carrière, influencée par la vague minimaliste, elle crée des monochromes en textile et reçoit, en 1977, le prix de la Peinture belge pour ses œuvres noires tissées en coton. En 1987, l’artiste est invitée à la Documenta de Kassel, où elle présente Les Larmes d’acier, une installation vidéo qui lui apporte une renommée mondiale : trois jeunes hommes en train de pratiquer des exercices de musculation. Les gros plans dévoilent des visages sous tension, entre douleur et satisfaction. Marie-Jo Lafontaine est une des premières femmes artistes à expérimenter le cinéma. L’artiste utilise alors un nouveau dispositif audiovisuel composé de plusieurs moniteurs télévisés et se détache ainsi du médium cinématographique.

Pour Tout ange est terrible, l'artiste cherche à exprimer les tensions internes qui habitent le monde. Elle présente des monochromes et des photographies qu’elle fait dialoguer entre eux. Son travail renvoie à la lutte mythologique entre Eros, dieu de l’amour et de la puissance créatrice, et Thanatos, dieu de la violence et de la mort. Elle cherche à fusionner ces deux figures de l’Antiquité au sein de son travail artistique.

L’exposition s’ouvre sur un portrait en noir et blanc d’une jeune femme nue, qui pourrait sembler au premier abord innocente et fragile, mais qui porte sur nous un regard assuré. Ses yeux clairs et brillants demeurent indéchiffrables. O Mensch! Gib acht! est troublant d’ambiguïté et souligne toute la volonté de Marie-Jo Lafontaine d’entretenir le doute sur la signification de son œuvre.

Lost Paradise se compose de monochromes rouges qui évoquent le néant, d’un portrait photographique en noir et blanc qui figure la beauté d’une femme et d’une macrophotographie de fleurs rouges, à la fois écloses et fanées, qui expriment le chaos du monde. Cette œuvre confronte une image fantasmée de la femme, celle d’une séductrice au regard déterminé et sensuel, jouant de toute sa puissance érotique, avec des fleurs disposées de manière désordonnée et anarchique qui évoquent la violence et la destruction de notre environnement.

Tout ange est terrible met en lumière une artiste incontournable de la scène belge et internationale contemporaine. Allez découvrir l’œuvre singulière de cette artiste qui se fait la porte-parole des femmes dans toute leur diversité et qui rend compte, avec splendeur, des paradoxes constitutifs de nos sociétés humaines.

Tout ange est terrible 
Belgian Gallery
39 rue de Florence
1050 Ixelles
Jusqu'au 26 juin 
Jeudi et vendredi de 11h à 18h, samedi de 14h à 18h
https://www.belgiangallery.com/fr/

 

Caroline Roure

Journaliste

Articles de la même catégorie