Michel Couturier, regards sous l'onde

Muriel de Crayencour
12 janvier 2018

Through the Looking Glass s'ouvre sur une photo en double page de l'onde grise d'une mer houleuse. La suite des photographies de Michel Couturier parle de voyage, de frontières, de barrières érigées. Son livre paru chez ARP2 Editions est une merveille silencieuse, qui s'enrichit aussi de ses dessins à l'encre dorée.

Michel Couturier est photographe et dessinateur. Lors d'une résidence à Lille, il se met à photographier ces lieux de passage que sont les ports.

"C'est un travail qui trouve son origine dans une sorte de (non-)voyage immobile : une résidence organisée par Artconnexion de Lille qui avait lieu à bord de ferries qui relient Calais à l'Angleterre : une résidence paradoxale sur un point mouvant et un peu indéterminé. C'est dans le va-et-vient entre les deux ports que j'ai élaboré ce travail. Il s'est bien agi de voyage, de voguer sur les mers, mais sur une si petite distance...", explique-t-il en introduction de sa conversation avec Michela Sacchetto. Conversation qui s'ajoute au livre sous forme de carnet volant.

Ainsi, photographies d'horizons brumeux, de zones de douane, d'improbables barrières surmontées de barbelés donnent une image mélancolique voire tragique de cette frontière entre l'Europe et la Grande-Bretagne, que tant de migrants rêvent de traverser. Le seul élément naturel, c'est la mer, elle-même plutôt grise et menaçante. Sinon, asphalte, murs, grilles, lampadaires, miradors... Certains étant repris par le dessin, devenant d'étranges végétaux, herbacées, plantes non identifiées.

Michel Couturier est représenté par la galerie Jacques Cérami à Charleroi. Il a exposé en 2015 au Musée de la Photographie de Charleroi.

Through the Looking Glass | Michel Couturier | ARP2 Editions | 23 x 30,5 cm | 96 pages + 16 pages livret texte | 38 € | http://arpeditions.org/


 

 

 

 

 

 

 

 

Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo, Marianne Belgique et M Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et sur la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.