Mufuki Mukuna et Lionel Vinche

Muriel de Crayencour
02 mars 2017

Il ne vous reste qu'une petite dizaine de jours pour découvrir la formidable peinture de Mufuki Mukuna à la Galerie Pierre Hallet au Sablon où il expose avec Lionel Vinche.

Pas une toile de Mufuki dans laquelle ne se retrouve une figure humaine. Le corps, ce qu'il exprime, le visage, ce qu'on y lit, c'est ce qui passionne cet artiste belgo-congolais né en 1973. Après des humanités en arts plastiques, un passage de deux années aux Beaux-Arts de Bruxelles, il devient acteur puis revient aux arts plastiques. Il voyage beaucoup, de New York à Dakar, et ses peintures sont nourries des ces déplacements.

On ne peut pas ignorer le fait que l'expressionnisme nourrisse le travail de Mufuki Mukuna. Par le choix des couleurs et la manière dont il les applique. Dans une palette plutôt sombre, relevée par une seule couleur vive, se dresse sur ses toiles son alter ego portant un élégant panama. Ou une femme, nue et ensanglantée, une couronne d'épines sur la tête et écartant les bras comme si elle était crucifiée. La matière de la peinture n'est pas là pour elle-même mais pour planter des personnages, au visage brut, rapidement esquissé, parfois sans yeux ni nez ni bouche, semblant vivre dans une grande solitude. Peu de décor, pour ce peuple d'humains que Mufuki Mukuna installe sur ses toiles. Mais une foule d'expressions, d'émotions, de sensations et de caractères, avec quelques récurrences - ce personnage au panama, la femme nue au corps sensuel. Pointons La naissance de Vénus, plantureuse rousse qui tente de cacher sa nudité avec ses longs cheveux, un ange aux ailes noires venant lui toucher les lèvres.

De Lionel Vinche, qu'on connait surtout pour ses dessins voici quelques toiles semi-abstraites des années 1990. A l'époque le grand galeriste bruxellois Bernard Cats lui avait dit "Tu n'es pas un dessinateur, tu es un peintre", et l'artiste s'était pris au jeu, réalisant de grands formats proches de l'abstraction lyrique, mais portant tous des titres descriptifs, comme La locomotive à vapeur, Un après-midi d'été, ... Ici c'est la matière de la peinture qui parle, en un mouvement enlevé, vif, ludique.

 

Mufuki Mukuna et Lionel Vinche
Galerie Pierre Hallet
33 rue Ernest Allard
1000 Bruxelles
Jusqu'au 12 mars
Du mardi au vendredi de 14h30 à 18h30
Samedi de 11h30 à 18h30, dimanche de 11h30 à 13h30
www.galeriepierrehallet.com

 

Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo, Marianne Belgique et M Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et sur la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.

Newsletter
S'inscrire

Pour rester au courant de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Soutenir mu in the city
Faire un don

Faites un don pour soutenir notre magazine !