Les mélodies fantômes de Nicolas de Crécy

Gilles Bechet
27 février 2020

Double exposition chez Huberty Breyne pour le dessinateur mélomane Nicolas de Crécy autour du destin du pianiste manchot Paul Wittgenstein et autour de l’album Visa Transit.

Dessinateur virtuose à l’imaginaire baroque et onirique, Nicolas de Crécy a horreur du sur-place créatif. Depuis son premier album Foligatto en 1991, il a multiplié les expériences en publiant des récits de bande dessinée de tous formats, des textes illustrés, des carnets de voyage ou des recueils de dessins. L’exposition qu’il présente à la galerie Huberty Breyne rassemble pour partie des œuvres créées pour le centre d’art contemporain à Quimper en 2016 autour des frères Ludwig et Paul Wittgenstein. Aujourd’hui la notoriété de Ludwig, le philosophe du langage, a dépassé celle de son frère aîné Paul, pianiste virtuose qui perdit son bras droit suite à une blessure de guerre sur le front polonais en 1914. De Crécy, qui a créé un personnage de pianiste manchot dans son album La République du catch, est fasciné par le destin et la volonté du musicien autrichien qui a réappris à jouer de la main gauche en s’exerçant sur un cageot de carton alors qu’il était prisonnier des Russes. L’exposition rassemble des peintures à l’huile, des gravures, des fusains et des sculptures qui livrent un portait puzzle entre explosions, membres fantômes, couloirs d’hôpital, et paysages alpins.

Les huiles comme le saisissant Portrait au piano, la manche vide habitée d’un feu intérieur ou encore la main amputée qui continue à jouer dans sa tête rappellent les peintres de la nouvelle objectivité de l’entre-deux-guerres. On voit de beaux paysages polonais, un horizon dilué dans la brume et également une très belle série de gravures qui passent du blanc au noir pour atteindre un piano fantomatique échoué dans un paysage d’alpages. Dans un mouvement d’empathie artistique avec le pianiste amputé, Nicolas de Crécy a réalisé en double, une fois à la main gauche, une fois à la main droite, les portraits des compositeurs à qui Wittgenstein avait commandé une œuvre pour la main gauche. A la grande surprise du dessinateur qui ne se savait pas ambidextre, les deux dessins ne sont pas aussi différents qu’il l’attendait. « Le dessin est dans le cerveau avant d’arriver dans la main », explique-t-il. La deuxième partie de l’exposition fait résonner une autre musique, celle du voyage. Consacrée aux planches originales et crayonnés de son dernier album, Visa Transit, elle revient sur le périple initiatique que l’artiste entrepris à 20 ans avec son cousin, traversant l’Europe dans une Citroën Visa pourrie.

Nicolas de Crécy
Le manchot mélomane & Visa Transit
Huberty & Breyne Gallery
33 place du Châtelain
1050 Bruxelles
Jusqu’au 7 mars 
Du mardi au samedi de 11h à 18h
www.hubertybreyne.com

Gilles Bechet

Journaliste

Il n’imagine pas un monde sans art. Comment sinon refléter et traduire la beauté, la douceur, la sauvagerie et l’absurdité des mondes d’hier et d’aujourd’hui ? Écrire sur l’art est pour lui un plaisir autant qu’une nécessité. Journaliste indépendant, passionné et curieux de toutes les métamorphoses artistiques, il collabore également à Bruzz, Bazar Magazin et C!RQ en Capitale.