Pep Vidal, la tête dans les nuages

Gilles Bechet
14 octobre 2021

Chez LMNO, l'artiste et scientifique catalan Pep Vidal présente les résultats poétiques de sa traque aux nuages, jusqu'au 23 octobre.

Le rêve et l'analyse, l'artiste et le scientifique. Chez Pep Vidal, artiste plasticien, mais aussi mathématicien et docteur en physique, né à Barcelone, les deux facettes sont indissociables. Dans le cas de son dernier projet, les facettes sont encore plus nombreuses, puisqu'il s'agit de nuages. De la naissance et de la disparition d'un nuage. Enfant déjà, Pep était fasciné par ces amas de vapeur blanche qui flotte paresseusement dans le ciel. Avec des questions qui le taraudaient quelle est leur taille, sont-ils loin ou proches ? Il y a deux ans, il s'est décidé à réunir une équipe pour traquer la formation et puis l'effacement d'un nuage à travers les lentilles d'un téléobjectif. Interrogeant de nombreux scientifiques, il a pu déterminer que le lieu le plus propice à cette observation était un plateau des Pyrénées. Après quatre jours d'affût, les neufs traqueurs de nuage ont été récompensés par l'apparition dans le ciel bleu azur d'un de ces insaisissables objets météorologiques qu'ils ont mitraillé pendant sa courte vie qui a duré 15 pleine minutes.

L'exposition présentée chez LMNO traduit cette aventure poético-scientifique sur des nombreux supports : dessins, flip-books, film, sculpture, et même un un tapis de marche.
Pep Vidal aurait certainement adoré avoir un nuage en suspension sous le plafond de la galerie, malheureusement ce n'est pas possible, sinon ce n'est plus un nuage. Dans ses dessins, exercices de méditation, autant que d'observation, il suit les multiples changements de direction du vent, l'apparition de nuages, ou de la pluie. Ailleurs, il dessine les rideaux de pluie qui s'ouvrent et se ferment sur le paysage devant lui. Parfois derrière ces averses de traits noirs surgit un petit drapeau rouge, dérisoire sémaphore météorologique pour indiquer la direction du vent. Des personnages filiformes réduits à quelques traits peuplent parfois le bas de la feuille comme pour ne pas déranger. Quelques lignes en catalan sont des souvenirs de comptines enfantines que lui chantait sa maman. Sur de grands papier de couleurs pastel superposés, des formules de physique modélisant les phénomènes de réflexion et de réfraction deviennent des formules pour le rêve.
Appuyée contre un mur, une échelle métallique semble avoir été oubliée par un peintre distrait. En levant les yeux, on distingue un petit rectangle bleu collé au mur. Il est vraiment petit. Celui ou celle qui grimpera les échelons métalliques se retrouvera nez-à-nez avec la photo d'un nuage, dans une rapport de proximité et d'intimité à quelques mètres du sol. Mais il faut bien redescendre. Le nuage, lui ne bougera pas.

Pep Vidal
Chronicle of the birth, growth and death of a cloud
LMNO
31 rue de la Concorde 
1050 Bruxelles
Jusqu'au 23 octobre
Ouvert du jeudi au samedi de 11h à 18h
www.lmno.be

 

 

Gilles Bechet

Journaliste

Il n’imagine pas un monde sans art. Comment sinon refléter et traduire la beauté, la douceur, la sauvagerie et l’absurdité des mondes d’hier et d’aujourd’hui ? Écrire sur l’art est pour lui un plaisir autant qu’une nécessité. Journaliste indépendant, passionné et curieux de toutes les métamorphoses artistiques, il collabore également à Bruzz, Bazar Magazin et C!RQ en Capitale.

Articles de la même catégorie